top of page

Les actualités Citroën 

Stellantis s'engage un peu plus vers le carburant synthétique, eFuel


Dans son plan Dare Forward 2030, le groupe Stellantis s'engage dans la transition énergétique avec l'ambition de ne proposer que des voitures électriques en Europe dès 2030. Cependant, Stellantis n'en oublie pas les autres technologies permettant de réduire les émissions de CO2 notamment le carburant eFuel que le groupe indique compatible avec 24 familles de moteurs produits par Stellantis depuis 2014.

À l’issue de plusieurs mois de tests dans ses centres techniques à travers l’Europe, Stellantis est arrivé à la conclusion que 24 des familles de moteurs qui équipent ses véhicules européens vendus depuis 2014, soit 28 millions de véhicules en circulation, sont en mesure d’utiliser un carburant de synthèse « drop-in » (clé en main) sans aucune modification du groupe motopropulseur. Les tests ont été effectués avec des eFuels de substitution fournis par Aramco, une des plus grandes sociétés intégrées d’énergie et de produits chimiques au monde.

L’eFuel bas carbone est un carburant de synthèse produit par réaction entre du CO2, prélevé directement dans l’atmosphère ou provenant d’un site industriel, et de l’hydrogène renouvelable. L’utilisation d’un carburant de synthèse bas carbone pourrait potentiellement réduire les émissions de dioxyde de carbone des véhicules à combustion interne existants d’au moins 70 % sur l’ensemble de leur cycle de vie, par rapport aux carburants traditionnels.


Ned Curic, Stellantis Chief Engineering and Technology Officer, déclare « Notre priorité est de proposer une mobilité zéro émission pour tous en nous concentrant notamment sur l’électrification. Notre collaboration avec Aramco représente une étape importante et complémentaire pour les véhicules déjà en circulation. Nous explorons toutes les solutions pour réaliser notre stratégie ambitieuse d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2038. Les carburants de synthèse « drop-in » peuvent avoir un impact massif et pratiquement immédiat sur la réduction des émissions de CO2 du parc existant. Ils offrent en effet à nos clients une solution facile et abordable pour diminuer leur empreinte carbone : aussi simple que choisir une pompe à essence différente dans une station-service, et sans aucune modification supplémentaire de leurs véhicules. »


De son côté, Amer Amer, Aramco Transport Chief Technologist, indique « Nous sommes ravis de travailler avec Stellantis, un des premiers constructeurs automobiles au monde, pour évaluer la performance de nos formules de carburant, conçues pour présenter les caractéristiques d’un carburant de synthèse parfaitement adapté aux moteurs de ses véhicules existants. Les résultats de ces tests nous renforcent dans l’idée que les eFuels peuvent être une solution clé en main pour le parc roulant. Quand ils sont produits avec un process bas carbone, ces carburants peuvent jouer un rôle important dans la réduction des émissions de carbone dans le secteur du transport et soutenir une transition énergétique en bonne et due forme ».

Grâce à son plan stratégique Dare Forward 2030, Stellantis vise à réduire de moitié son empreinte carbone d’ici 2030, par rapport à 2021, et à atteindre la neutralité carbone d’ici 2038. Stellantis estime que l’utilisation d’eFuels bas carbone dans 28 millions de ses véhicules européens pourrait réduire jusqu’à 400 millions de tonnes de CO2 en Europe entre 2025 et 2050. Les tests effectués par Stellantis sur les carburants de synthèse de remplacement couvrent les émissions à l’échappement, la capacité de démarrage, la puissance du moteur, la fiabilité, la dilution de l’huile, la durabilité du réservoir, des durites et des filtres à carburant, ainsi que les performances des carburants à des températures extrêmement froides ou chaudes.


Aramco dispose actuellement de deux usines de démonstration pour explorer la production des carburants de synthèse à faibles émissions. En Arabie Saoudite, Aramco et ENOWA (la société d’eau et d’énergie de NEOM) travaillent sur la production d’essence de synthèse pour les véhicules particuliers. Parallèlement, à Bilbao en Espagne, Aramco et Repsol étudient la production de Diesel synthétique à faibles émissions et de carburéacteur pour les automobiles et les aéronefs. Et enfin, Aramco collabore aussi avec des équipes de sport automobiles et de compétitions pour tester et démontrer le potentiel des carburants bas carbone en tant que solution d’appoint pour réduire les émissions de carbone des véhicules à moteur à combustion interne.

Mots-clés :

229 vues7 commentaires

7 Comments


Stellantis hypocrisy ...

Like
Replying to

Business itself is hypocritical...

Like

Stellantis doit penser à préserver du carburant pour les Maseratti, en effet si les voitures de m Toulmonde doivent abandonner le thermique, l'amendement "Ferrari " autorise la production de véhicules thermiques au delà de 2035 pour des production de 1000 à 10 000 unités annuelles, vive la Purosangue et son coffre...


Plus intéressant aujourd'hui, le texte de Lucas di Meo et de plusieurs constructeurs pour réclamer des mesures pour sauver l'industrie automobile européenne et ses sous traitants en adoptant, comme les autres, des mesures protectionnistes...

https://www.autojournal.fr/actu/luca-de-meo-pdg-renault-sauver-industrie-auto-europeenne-316833.html

Like

Christian Brochard
Christian Brochard
Sep 07, 2023

Je reprends l'explication de L’eFuel bas carbone, " il serait donc un carburant de synthèse produit par réaction entre du CO2, prélevé directement dans l’atmosphère ou provenant d’un site industriel, et de l’hydrogène renouvelable"

De l'hydrogène renouvelable !!!

Cela m'amuse.

Utiliser de l'hydrogène pour nourrir le parc de véhicule existant est une pure utopie, pour information et pour exemple, en France celons une étude de 2022, pour remplacer tous nos carburants par de l’hydrogène obtenu par électrolyse à partir d’électricité éolienne, il faudrait multiplier par 15 la puissance installée dans l’Hexagone en moulins à vent modernes, et doubler la production électrique totale… Quand on parle de carburant accessible et bon marché, il faudra m'expliquer comment puisque transformer le vent en…


Like

Citrofan
Citrofan
Sep 07, 2023

C’est très bien de proposer un carburant de remplacement mais il faut absolument être transparent de chez transparent pas comme avec l’électrique qui n’est propre qu’a la sortie du pot d’échappement

un’autre exemple, l’essence est un produit qui subit un raffinage très consommateur d’énergie et très émetteur de CO2 par rapport au diesel et un véhicule essence consomme plus qu’un diesel ! alors qui au final est vraiment plus polluant le diesel ou l’essence ? Pour la production d’hydrogène vertil faut énormément d’eau et on nous dit de réduire nos consommations en plus pour l’obtenir il faut faire une électrolyse très grosse consommatrice d’énergie électrique pour produire assez d’hydrogène pour un parc automobile français à hydrogène il faudrait recouvrir la…

Like

Yvon Wilputte
Yvon Wilputte
Sep 07, 2023

C'est quand même bizarre, non ?

Aramco,Arabie-Saoudite = pétrole.

Pourquoi ce pays très, très limite à tout niveaux, qui, voudrait faire payer un max,aux pays occidentaux,pour son pétrole,

et qui n'en a rien à faire des normes environnementale, subitement investit dans le carburant vert?

Par hasard, auraient-ils moins de réserve que ce qu'ils voudrait nous faire croire ?

Like
bottom of page