top of page

Les actualités Citroën 

Stellantis présente des résultats records mais une marge en baisse


Stellantis publie ses résultats pour l'année 2023 et, une nouvelle fois, le groupe bat ses records avec un chiffre d'affaires, un bénéfice et un free cash flow positifs même si la marge est légèrement baisse par rapport à 2022, bien qu'elle soit toujours à un niveau très élevée.

Stellantis vient donc de publier de nouveaux résultats de record pour l’année 2023, avec une augmentation du chiffre d’affaires net de 6 % par rapport à l’exercice précédent, pour atteindre 189,5 milliards d’euros. Le bénéfice net a augmenté de 11 % à 18,6 milliards d’euros, et les free cash flow industriels sont en hausse de 19 % par rapport à l’exercice précédent, à 12,9 milliards d’euros. Les ventes mondiales de véhicules électriques (BEV) sont en hausse de 21 % et celles de véhicules électrifiés (LEV) de 27 % par rapport à l’exercice précédent, avec une première place pour les hybrides rechargeables (PHEV) aux États-Unis et une deuxième place pour les LEV aux États-Unis. De son côté, la marge nette du groupe s'élève à 12.8% pour 2023, un chiffre en légère baisse par rapport à 2022 (13%) mais toujours supérieur à l'objectif affiche dans le plan Dare Forward 2030 à 12%.


Carlos Tavares, CEO de Stellantis, déclare « Alors que nous venons de célébrer le troisième anniversaire de la création de Stellantis, je tiens à remercier chaleureusement nos équipes qui mettent en œuvre notre stratégie à un niveau remarquable et qui contribuent considérablement à notre croissance, malgré les vents contraires les plus puissants. Les résultats financiers de record annoncés aujourd’hui prouvent que nous sommes devenus un nouveau leader mondial dans notre secteur et que nous saurons rester d’une solidité à toute épreuve face à une année 2024 qui s’annonce mouvementée. Grâce à la flexibilité de notre technologie et de notre plan produit, nous sommes prêts à affronter tous les scénarios qui pourraient survenir et à respecter les engagements de notre plan Dare Forward 2030. » 


Les résultats sont en ligne avec les objectifs du plan Dare Forward 2030 et soutenus par les mesures concrètes suivantes :

ENGAGEMENT : Stellantis poursuit son ambition d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2038. En 2023, Stellantis a réduit de 20 % ses émissions absolues en tCO2 sur les scopes 1 et 2 par rapport à l’année de référence 2021. L’attention constante portée au client a permis à Stellantis de réduire de plus de 40 % le nombre de défauts sur ses véhicules trois mois après leur livraison au client final, par rapport à 2021. Dans le cadre de la mise en œuvre d’un modèle de consommation circulaire, l’entreprise a ouvert son premier Hub d’Économie Circulaire en Italie, avec la création d’un centre d’excellence destiné à industrialiser la récupération et le réemploi durable des matériaux. Le volume de ventes généré a augmenté de 18 % par rapport à l’exercice précédent. L’entreprise a mis en place un plan d’actionnariat salarié nommé « Shares to Win » en Italie et en France, et prévoit de l’étendre aux autres pays en 2024. Par ailleurs, plus de 600 conventions collectives ont été signées, couvrant près de 90 % des collaborateurs de Stellantis dans le monde. Les Stellantis Student Awards ont récompensé plus de 600 membres de familles de collaborateurs pour leur engagement en faveur de l’éducation et de la formation continue, et la Fondation Stellantis s’est associée au CERN pour inaugurer le Science Gateway à Genève, un nouveau centre dédié à l’éducation scientifique.


TECH : Pour soutenir la croissance de l’entreprise sur le marché mondial ainsi que sa stratégie d’électrification en Amérique du Nord, 18 BEV supplémentaires seront commercialisés en 2024 pour atteindre un total de 48 modèles électriques fin 2024. La toute nouvelle Citroën ë-C3 démarre à 23 300 €, ce qui fait d’elle la voiture électrique produite en Europe la plus compétitive du segment B, tandis que la Jeep® Avenger, sacrée Voiture Européenne de l’Année 2023, continue d’engranger les récompenses. Avec la Peugeot E-3008, Stellantis a lancé la première de ses quatre nouvelles plateformes conçues pour les BEV, la plateforme STLA Medium, qui offre la meilleure autonomie de sa catégorie (jusqu’à 700 kilomètres). La deuxième plateforme, STLA Large, dont le lancement est prévu courant 2024, offrira une autonomie de 800 kilomètres et sera conçue pour dépasser les attentes des clients. STLA Large est une plateforme native BEV hautement flexible qui servira de base à plusieurs véhicules à venir des segments D et E. Elle pourra prendre en charge différents systèmes de propulsion, y compris les systèmes hybrides et à combustion interne. Stellantis a sécurisé son approvisionnement en matières premières jusqu’en 2027, et signé un accord avec CATL pour l’approvisionnement de cellules et modules de batteries LFP, complétant ainsi son portefeuille de chimies de batteries. Stellantis et Ample ont conclu un partenariat dans le domaine de la technologie d’échange de batterie pour une voiture entièrement chargée en moins de cinq minutes. Stellantis s’est joint à Symbio et aux autres actionnaires de la coentreprise pour l’inauguration de SymphonHy, première gigafactory de France et plus grand site intégré de production de piles à combustible à hydrogène en Europe. Stellantis met en place une stratégie pluridimensionnelle afin de sécuriser l’approvisionnement en semi-conducteurs et stimuler l’innovation. SiliconAuto, coentreprise à parts égale entre Stellantis et Foxconn, produira à partir de 2026 des puces destinées à la nouvelle génération de plateformes dédiées à l’industrie automobile. En 2023, Stellantis Ventures a investi dans six nouvelles startups, et Stellantis a signé 49 contrats commerciaux avec des startups.


VALEUR : Flexibilité, mise en œuvre, résilience et agilité demeurent les éléments essentiels de la philosophie de Stellantis. Avec les nombreuses technologies et les nouveaux modèles annoncés, l’entreprise est bien placée pour répondre de manière rentable aux attentes des clients, aux fluctuations du marché et aux bouleversements politiques. Stellantis affiche une croissance continue hors de l’Europe élargie et de l’Amérique du Nord avec le « troisième moteur » qui a vu son chiffre d’affaires net augmenter de 13 %. En Chine, Stellantis a investi 1,4 milliard d’euros dans Leapmotor, un OEM du secteur des véhicules à énergie nouvelle (NEV : New Energy Vehicles), et détient désormais près de 21 % de son capital. Cet investissement permet à Stellantis de jouer un rôle majeur pour soutenir sa croissance prometteuse en Chine tout en contribuant à la stratégie d’expansion internationale de Leapmotor par le biais de la nouvelle coentreprise Leapmotor International gérée par Stellantis. Stellantis comble ainsi un vide dans son business model et peut désormais profiter de la compétitivité de Leapmotor en Chine et dans d’autres pays. La business unit Véhicules Utilitaires Stellantis Pro One reste en tête du marché en EU30 et en Amérique du Sud, et occupe la place de leader incontesté des ventes de véhicules électriques en EU30 avec 38,8 % de part de marché pour les BEV. La business unit vise la première place mondiale pour 2027, avec une gamme élargie et entièrement renouvelée composée de véhicules à combustion interne, de véhicules électriques, de modèles à piles à combustible à hydrogène et de systèmes permettant d’augmenter l’autonomie du véhicule. La branche DaaS (Data as a Service) de Stellantis, Mobilisights, a créé des solutions innovantes et a sécurisé plusieurs accords stratégiques grâce à ses packs de données sur-mesure et son offre de data streaming.


OBJECTIFS ET PERSPECTIVES : S’appuyant sur la dynamique de 2023, la direction note un certain nombre de facteurs susceptibles de créer un contexte favorable pour 2024, y compris la réduction des problèmes logistiques et d’approvisionnement, la stabilisation et la diminution potentielle des taux d’intérêt, et les bénéfices générés par l’élargissement de la gamme de produits prévu par l’entreprise. Le groupe renouvelle son engagement d’atteindre une marge opérationnelle courante minimum à deux chiffres pour 2024, ainsi qu’un free cash flow industriel positif malgré les incertitudes macroéconomiques.

Sous réserve de l’approbation des actionnaires, Stellantis propose de verser un dividende ordinaire de 1,55 € par action, soit une hausse de 16 % par rapport à l’année précédente. Stellantis mettra également en œuvre un programme de rachat d’actions sur le marché de 3,0 milliards d’euros pour 2024, avec 0,5 milliards d’euros d’actions rachetées au titre de la rémunération en actions et du plan d’actionnariat salarié, en 2024. Enfin, le groupe versera aux salariés près de 1.9 milliards d'€ au titre des bénéfices 2023 avec, pour la France, un minimum de 4 100€, au titre de l’accord sur la participation / intéressement, ce qui correspond, pour la troisième année consécutive, à plus de 2,5 mois de salaire net pour les premiers niveaux de rémunération. Cependant, malgré ces résultats records, la prime versée aux salariés diminuera par rapport à 2022 puisque le groupe avait versé 2 milliards en 2022 soit 4 300€ en moyenne pour la salariés français....


Carlos Tavares déclare, à ce sujet, «dans un contexte actuel extrêmement exigeant et concurrentiel, tous les collaborateurs de Stellantis peuvent être fiers de ce que nous avons construit ensemble ces trois dernières années et je souhaite pour cela remercier chaleureusement chacun d’entre eux.  Nous obtenons des résultats solides qui nous permettent, pour la troisième année consécutive, de redistribuer près de 1,9 milliard d’euros d'intéressement et de primes variables. Ces programmes d’intéressement au résultat et de rémunération variable constituent bien plus que le simple reflet des performances et des réalisations de nos collaborateurs. Il s’agit d’une juste reconnaissance de leur contribution à notre succès commun ».

790 vues25 commentaires

25 Comments


Stellantis :

Résultats records.

Marge en baisse.

Sauf, comme d'habitude, pour môssieu Tavares, 36,5 millions in ze pocket !


Like

Si Stellantis parvient à distribuer près de 40 millions d'euros de salaire à son PDG, l'entreprise ne doit pas être si mal en point. La marge est impressionnante et constitue une référence dans le secteur ! Ce qui est toutefois mauvais, c'est que Stellantis ne veut plus mettre d'argent à disposition pour son historique et réduit chaque année son soutien. M. Tavares devrait avoir honte de lui-même. Il peut être fier de l'histoire de Citroën, Peugeot et autres et ne doit pas la renier !

Like

Je n’entrerai pas dans ce débat stérile où les contre-tout cherchent à transformer ces résultats financiers pharaoniques en arguments sectaires et politiques, complètement hors sujet au sein d’une entreprise internationale comme Stellantis, et ceux qui essayent de leur expliquer, dont je faisais partie, alors qu’il n’y a aucune possibilité de les convaincre, leur champ de vision restant ce qu’il est.

Le plan Dare Forward 2030, auquel je n’adhère toujours pas, sur le positionnement des marques (Citroën n’est plus à la place que j’attends) fonctionne.

Les résultats, tant financiers qu’industriels, sont bien au rendez-vous, les actionnaires vont toucher leurs dividendes, les salariés de belles primes de participation et le Pharaon CT la sienne qui sera à la hauteur de ces résultats.

Like
Replying to

N'oublions pas que Linda a pris la direction de Citroën en 2014, non pas pour faire sa soupe, mais bien placée pour appliquer les objectifs du groupe et de son président qui, et ce n'est pas un hazard, est CT.

Like

Article de Challenges extrait


24 milliards d’euros de déficit automobile ! N’en déplaise aux politiques qui vantent la réindustrialisation de la France, celle-ci se… désindustrialise à grande vitesse ! Du moins dans le secteur automobile. Le déficit tricolore du commerce extérieur de cette branche a en effet affiché un contre-record l’an dernier. Sur les 24 milliards de déficit, 18,5 milliards d’euros sont imputables aux véhicules eux-mêmes, le reste provenant des équipements, selon les statistiques douanières publiées ce mercredi 7 février.


Et le contribuable subventionne ces emplois à l'étranger via les diverses primes à la conversion et leasing social ...


Like
Replying to

Je ne connais personne qui commande sur Ali machin shein et autre soi-disant phénomène d'après les médias, est-ce que vous trouveriez logique que l'état donc le contribuable finance en partie les achats de ces produits comme on l'a fait et on le fait encore avec des bonus et du leasing social?

Parce qu'on a multiplié les démissions avant, faut-il continuer alors qu'on voit déjà les effets délétères de ces renoncements?

Forcer le citoyen français à mettre à la ferraille sa Xsara ou sa Saxo au nom de la sauvegarde de la planète et laisser circuler sans surtaxe tout et n'importe quoi, est-ce cohérent ?

Le déficit commercial de la France a été de 99,4 milliards en 2023, l'automobile représente donc…



Like

Pourquoi l'ex groupe PSA a-t il supprimé les petites Voitures (C1,C2 etc.) qui étaient des modèles d',accès à l'automobile, pour les personnes qui (jeunes, personnes plus âgées, citadins roulant peu).Ce n' est pas l'Ami qui les remplacera!. (avoir une petite voiture pas trop chère!) est pourtant une entrée de gamme qui séduit de futurs clients pour une voiture plus chère.

Like
Rx Soarer
Rx Soarer
Feb 16
Replying to

L'aygo n'est plus une petite voiture en fait ( base Yaris) et comme cette base est mondialement tres utilisée ( pas que pour la Yaris) j'imagine que Toyota peut se permettre de marger assez peu ( encore que vu le prix demandé ...). Le groupe Hyundai vend bcp de petits véhicules aussi en Asie et ailleurs . Stelltruc ne peut suivre ( et ne vit réellement que grâce aux chars americains )

Like
bottom of page