top of page

Les actualités Citroën 

Stellantis : Carlos Tavares rencontre les distributeurs automobiles au Mondial de Paris


Présent au Mondial de L'auto à travers Peugeot, Jeep et DS, le groupe Stellantis a néanmoins beaucoup communiqué pendant ce mondial de l'auto de Paris notamment au travers de Carlos Tavares qui a été l'invité de plusieurs émissions mais qui a également rencontré Karidéa, le Think Tank de la distribution automobile, l'occasion d'échanger sur le futur de cette profession importante.

Karidea rassemble 35 des plus importants concessionnaires de toutes les marques automobiles présentes sur le marché français et a profité du Mondial de l'Auto pour organiser un échange d’une heure et demie entre Carlos Tavares, CEO de Stellantis, et une trentaine de concessionnaires français, au-delà du périmètre de Stellantis.


Jean Triomphe, fondateur du Think Tank Karidea a déclaré : « C’est une opportunité unique de pouvoir organiser un échange riche et franc avec l’un des plus grands patrons de l’automobile mondiale pour couvrir l’ensemble des sujets de transformation auquel le secteur automobile est confronté, dont celui, majeur pour notre Club, de la distribution automobile. Pour les membres de Karidea, ils ont parfaitement compris le caractère inéluctable de la transformation et entendent s’y adapter en faisant valoir leur savoir-faire dans la relation client et la capillarité de leur réseau de points de ventes physique, tout cela porté par un business model qui va évoluer mais qui devra rester rentable. »


Lors de cette rencontre, Carlos Tavares, CEO de Stellantis a indiqué : « L’objectif de la transformation de la distribution automobile doit être de saisir l’opportunité, grâce à une démarche de convergence entre Stellantis et son réseau, de mieux servir ensemble nos clients dont les comportements évoluent, le tout dans un univers de plus en plus concurrentiel avec de nouveaux entrants. »


Face au changement, qui peut être une source de questionnement, Stellantis a choisi de donner le temps nécessaire au dialogue avec ses partenaires distributeurs, en lançant ce projet de transformation dès l’été 2021 avec 50 groupes de travail, rassemblant 200 distributeurs de 10 pays Européens.

Stellantis et ses groupements ont décidé de refuser le statu quo car l’absence de décision peut être une posture managériale confortable sur le court terme, mais fragilise la pérennité sur le moyen et le long terme, dans un environnement qui évolue rapidement.

Face à l’évolution des achats omni-channels et de la digitalisation, la profession automobile doit améliorer sa qualité de service pour rester le fournisseur de mobilité de référence en travaillant en permanence l’expérience client par un parcours sans rupture.

Carlos Tavares a ajouté : « Il faut faire évoluer le modèle centré sur le produit vers une meilleure prise en compte du parcours client, car la satisfaction client nourrit le futur de nos entreprises et son insatisfaction les met en péril. Nos partenaires ont un rôle décisif en étant les représentants de nos marques sur le terrain. »


Afin d’assurer la pérennité de la chaîne de valeur constructeur/réseau, il est nécessaire de travailler les ‘points-morts’ respectifs ce qui permettra de maintenir l’accessibilité pour les clients, dans un contexte d’augmentation du coût des véhicules lié à l’électrification et de risque de contraction du marché. L’utilisation des actifs immobiliers doit également être améliorée, permettant par la même de réduire l’empreinte carbone des entreprises, tout en maintenant la capillarité des points de contact mutualisés.

La simulation économique comparative avec le modèle envisagé permet de démontrer à minima une rentabilité au moins équivalente si ce n’est supérieure pour notre réseau, tout en considérant une prise en charge accrue de coûts par Stellantis et la réduction de l’exposition aux risques de nos distributeurs.


Carlos Tavares a ensuite conclu : « Notre portefeuille de 14 marques généralistes, premium et luxe ainsi que les technologies de pointe que nous développons, doivent être considérées par nos partenaires comme une opportunité unique de croissance pour leur chiffre d’affaires. Parce que Stellantis et son réseau vivent par et pour ses clients, on ne peut pas uniquement considérer l’aspect contractuel, qui est une vision réductrice de l’ensemble des enjeux de transformations auquel constructeurs et distributeurs doivent faire face ensemble. »

Mots-clés :

385 vues18 commentaires

18 Comments


Christian Brochard
Christian Brochard
Oct 23, 2022

"l'autonomie déficiente et aux recharges aléatoires ?"

J'ai pas tout compris, pouvez vous être plus clair ? 😉

Like
Velant
Velant
Oct 25, 2022
Replying to

Je confirme, nous avons une analyse différente.

Je comprends votre vue client mais, encore une fois, je la pense biaisée.

Et concernant le passé, il est essentiel à l'avenir.

Le tout est d'évoluer, d'analyser, de comprendre mais comme nous ne sommes pas que des êtres vénaux, il nous faut également tenir compte de l'humain, qu'il soit client, vendeur, ingénieur ou dirigeant.

Like

On ne pourra pas reprocher à Carlos Tavares, d'avoir "mouillé la chemise", pendant le Mondial de Paris, où en homme d'affaires avéré, et gestionnaire averti, il a multiplié les contacts, tenu le devant de la scène auprès des différents médias, alerté notre Président de la République, sur la dérive actuelle, vers le toujours plus, risquant de conduire à terme, à une agitation sociale d'ampleur, à s'exprimer ouvertement, en faveur d'une taxation des voitures des constructeurs chinois, favorisées outrageusement par le PCC, pour envahir le marché européen, etc. Bref, il est difficile de faire un résumé de toutes les manettes que n'a cessé d'actionner cet homme-orchestre, droit dans ses pompes, mais qui n'use pas de la langue de bois. Dans notre…

Like
Velant
Velant
Oct 23, 2022
Replying to

Pour la partie "procès" , je me souviens de cette définition d'un point de vue managériale d'un objectif pour atteindre un résultat (copié collé d'un site internet) :


"Il existe des règles de bon sens en la matière. Les objectifs doivent être :

  • simples : c’est un point sur lequel j’insiste, combien de fois j’ai vu non pas des objectifs mais une « usine » à objectifs. Il s’agit d’un véritable piège pour le manager : à vouloir trop bien piloter ses actions, sans rien oublier, et peut être se rassurer… aboutir à une usine à gaz qui, loin d’atteindre le but principal de mise en action, fait finalement perdre du temps et de l’argent à tout le monde.

  • faciles…


Like

Citrofan
Citrofan
Oct 23, 2022

Que les clients soient contents du réseau est une chose mais qu’en dehors des révisions normales on ait pas à avoir à faire au réseau est plus important

meme si j’ai été satisfait du réseau pour une intervention dont je me serait bien passé, le fait que ce dernier me brief plusieurs fois en me disant qu’une note en dessous de 8 équivaut à un zéro et un peu agaçant quand même

Like
Christian Brochard
Christian Brochard
Oct 23, 2022
Replying to

Sous garantie le réseau est obligatoire, mais après, les Tarifs sont tous simplement exorbitants, pièce et main d'œuvre.

Pour les pièces j'ai un exemple criant, les premieres C6, donc la mienne, les solénoïde de la boîte présentaient un défaut. Jamais il n'ont voulu la prendre sous garantie puisqu'elle avait 4 ans.

La prix de la pièce chez Citroën 1600 €, la même chez Ford, (même Moteur, même boîte) 495€. Qui a réparé ma voiture d'après vous?

Like

Chevrons Blues
Chevrons Blues
Oct 23, 2022

un businessmodel… achats omni-channels… Quel charabia !

Bref, il faut respecter et séduire le client, mais est-il écouté dans son désarroi de payer toujours plus cher des modèles toujours plus complexes, plus gros et plus lourds, mais à l'autonomie déficiente et aux recharges aléatoires ?

Like
bottom of page