top of page

Les actualités Citroën 

La Citroën C3 Pluriel fête ses 20 ans


La Citroën C3 Pluriel vue de trois quart avant dans une teinte bleue, arches grises

Après le concept C3 Air présenté en 1998 puis le Démonstrateur Pluriel en 1999, c’est donc au salon de Paris 2002 que Citroën présente officiellement la Citroën C3 Pluriel, dérivée cabriolet de la récente C3 lancée par la marque quelques mois plus tôt. La C3 Pluriel montre l’audace retrouvée de Citroën qui vit une vraie révolution depuis l’arrivée à la tête de son département Design de Jean-Pierre Ploué.

Après une C3 rappelant la 2CV à maints égards, c’est à une autre Citroën que cette C3 Pluriel fait penser avec un clin d'œil certain à la Méhari notamment par la liberté prônée par la C3 Pluriel mais également aux couleurs acidulées proposées. Commercialisée en mai 2003, la C3 Pluriel se montre un vrai couteau suisse automobile puisqu’elle est, tout à la fois berline, découvrable, cabriolet avec un toit électrique en toile qui s’ouvre totalement, spider avec la dépose des arches ou Pick-Up 2 places avec la banquette rabattue et l’ouverture inversée de sa malle de coffre


La créativité de la marque est ici poussée au paroxysme, un risque payant puisque la C3 Pluriel est nommée Cabriolet de l’année en 2003 et, grâce aux possibilités de transformation de la C3 Pluriel, le cabriolet de l’année une berline également.

La C3 Pluriel est une proposition atypique sur le marché européen et unique puisqu’elle est la seule à pouvoir se passer de berline à cabriolet voire en pick-up en un rien de temps même si son concept n’est pas le plus pratique qui soit. En effet, pour passer du mode berline au mode cabriolet, il faut retirer les arches de toit qui, chacune, pèse 12 kilos et, surtout, pouvoir les stocker avec l’inconvénient d’être sûr que le temps ne se gâte pas car si on se trouve loin de ses arches, l’habitacle sera transformé en piscine.

Un style fluide

Le style de la C3 Pluriel fait la part belle à la fluidité et à la douceur avec très peu de lignes et des courbes douces qui invitent à la détente, au plaisir de rouler et au partage. Grâce à ses larges vitres latérales sans montant, les passagers bénéficient d’une vue panoramique sur l’extérieur et concourt à cette sensation de liberté en permettant, même en mode berline, de se croire au volant d’un cabriolet.


Si elle dérive de la C3, la C3 Pluriel s’en écarte sur le plan du style avec un design qui lui est propre et aucune pièce de carrosserie n’est commune. Proposant trois portes au lieu de 5 sur la C3, la C3 Pluriel offre un style tout en rondeurs donc qui fait la part belle à la personnalisation puisque les arches de toit sont d’une couleur différente de celle de la carrosserie avec au choix, un gris aluminium ou un gris Fulminator. A son lancement, Citroën proposé pas moins de 8 couleurs.

A l’intérieur, la C3 Pluriel se rapproche de la C3 puisqu’elle reprend sa planche de bord qui propose deux couleurs soit noir soit gris clair. Mais des différences apparaissent notamment concernant les appui-têtes qui sont ouverts et qui contribuent au look décalé de cette C3 particulière.

La Citroën C3 Pluriel vue de derrière avec la capote baissée

En 2006, la C3 Pluriel évolue légèrement avec quelques différences essentiellement esthétiques comme les répétiteurs de clignotants désormais blancs, la toile de toit proposée qu’en noir, la planche de bord reçoit des éléments en aluminium, etc. La marque en profites pour apporter de nouvelles couleurs qui en remplacent certaines (rouge Ardent, orange Aérien, jaune Lacerta, bleu Paname, gris Aluminium, noir Obsidien et crème Parthénon). C’est aussi en 2006 que Citroën lance les premières séries spéciales sur la C3 Pluriel telles que Côté Sud, disponible en deux coloris (Gris Aluminium et Bleu Grand Pavois) recevant un équipement particulièrement complet. Arrive ensuite la série So Chic qui se distingue notamment par sa sellerie cuir bicolore et qui deviendra ensuite une finition à part entière dans la gamme. Citroën propose également la série Côté Ouest en 2007 qui reçoit des équipements disponibles normalement en option.

En 2008, un petit restylage intervient qui voit les chevrons agrandis sur le capot, la grille d’aération avant désormais grise, des clignotants avant qui deviennent orange tandis que les feux arrière sont assombris. L’équipement de série est enrichi mais la liste d'options se réduit puisque seuls l’ESP, le Pack Aluminium et le Bluetooth sont proposés.

C’est quelques mois plus tard, en octobre 2008, que Citroën proposera LA série spéciale qui deviendra le must sur C3 Pluriel : la Charleston. Pensée comme un hommage aux 60 ans de la C3, la série spéciale Charleston reprend les éléments de cette série iconique de la 2Cv avec une carrosserie bicolore qui reprend le rouge delage et le noir tandis que l’équipement se fait plus complet. Cette série Charleston est la plus rare et la plus recherchée des C3 Pluriel puisqu’elle en fait une vraie référence à la célèbre 2CV qui a tant marqué l’histoire de la marque.

Les arches de toits de la Citroën C3 Pluriel se retirent

Produite à l’usine de Villaverde en Espagne, la C3 Pluriel va cesser d’être commercialisée en 2010 après 115 097 unités. Elle a connu une carrière honorable sans plus, les clients préférant la mode des coupé-cabriolet à toit durs ou refusant un concept automobile peut-être trop fourre tout et pas assez abouti. Reste que cette C3 Pluriel est une vraie Citroën comme on les aime, unique au monde et totalement disruptive dans un paysage automobile bien souvent trop formaté. Elle ne connut pas de descendante malheureusement et reste donc un coup d’épée dans l’eau alors même que l’idée de base était séduisante et qu’elle aurait méritée d’être poursuivie et peaufinée mais cela participe au côté unique de cette C3 Pluriel si Citroën dans l’âme.

Mots-clés :

327 vues22 commentaires

Posts similaires

Voir tout

22 Comments


Jules
Jules
Aug 15, 2023

Ah la pluriel !!!! une voiture magique qui se transformait à notre guise. ultra pratique proposant quatre vrai places là où les concurrentes proposaient deux micro-places arrières. J’avais une rouge et noir 1.6 avec la boîte séquentielle. J’ai adoré. Je m’en suis séparé car j’en avais marre d’avoir soit mon siège mouillé, soit l’eau qui vous coule sur les jambes. Et l‘autre problème , la boîte séquentielle qui hésitait entre 1 et 2 lors des ralentissements générant des trous d’accélération. Sinon , bien mieux que ma ds3 cabrio d’aujourd’hui. les arches s’en levaient en un tour de main. et puis quand on devait la charger pour une petite voiture, elle pouvait en prendre. un vrai couteau suisse. pour moi, c’était…

Like

L’époque où les marques proposaient des modèles à la rentabilité limitée mais qui avait un impact réel sur l’image de marque. Avec Tavares qui n’autorise que les modèles rentables, l’image audacieuse de la marque disparaît … c’est très dommageable à l’heure où arrivent les marques chinoises qui ont bien appris des marques occidentales. Cette C3 Pluriel était astucieuse et représentait bien la marque

Like

Citrofan
Citrofan
Aug 14, 2023

Décapote sans les arches il faut être sur du temps et là on prend les départementales à la cool on a touts les odeurs des champs c’est génial

Like

Nous en avons eu une également mais Citroën ne semble plus capable de sortir des voitures aussi inovantes. Il est loin le temps des xantia, xm, C3 pluriel....depuis l’association avec peugeot il semblent étouffés par l’objectif de standardisation guidé par la recherche du maximum de profit. Avec stellantis ça n’à pas l’air de s’arranger...dommage.

Like

J'en ai eu une en seconde voiture, avec le moteur 1.4 souple et fiable à souhait. C'était une voiture attachante, mais nécessitant quelques efforts pour ôter les arches, plutôt lourdes, et demandant maintes attentions pour les entreposer. Il existait des housses optionnelles pour cela. Elle était de couleur bleu lucia, et est restée près de 10 ans dans la famille. Un copain parisien a une série Chalerston qu'il utilise lors des grands week end et aux vacances, sur la Côte Atlantique. Il ne veut pas s'en séparer.

Like
Replying to

donc il ne fallait pas rouler sans les arches?

Like
bottom of page