top of page

Les actualités Citroën 

Il y a 145 ans naissait André Citroën


Le 5 février 1878, naissait André Citroën, le plus jeune des cinq enfants du couple Levie Citroën et Masza Amalia Kleinman, André a été élevé dans une maison cosmopolite et axée sur les affaires. Mais ce n'est qu'après l'âge de 30 ans que le futur entrepreneur commence vraiment à s'intéresser à l'univers automobile.

L'origine du nom

Le patronyme Citroën a été créé dans des circonstances pour le moins curieuses et, croyez-le ou non, la faute de Napoléon Bonaparte.

En 1811, l'empereur français de l'époque ordonna la réalisation d'un recensement, obligeant tous ceux qui n'avaient pas de nom de famille à en recevoir un, de préférence un surnom identifiant la personne par sa profession. L'arrière-grand-père d'André, Roelof, qui était marchand de fruits, a été rebaptisé Roelof Limoenmann (littéralement, "l'homme aux citrons"), en référence à son métier.

L'un des fils de Roelof, Barend, le grand-père d'André, signa également le patronyme Limoenmann, mais dut en changer à cause de son futur beau-père, qui était un artisan orfèvre très renommé et ne consentirait qu'à ce que Barend épouse sa fille, Netje Rooseboom, s'il avait un nom de famille plus raffiné. C'est alors que Barend Limoenmann devient Barend Citroen.

Levie, l'un des douze enfants de Barend et Netie, le père d'André, souhaitait développer le commerce familial de pierres et métaux précieux et s'installa à Varsovie, en Pologne, où il épousa Masza Amalia Kleimann. Cependant, en raison de la domination russe dans le pays, le couple a décidé de s'installer à Paris, en France. Et c'est dans la "Ville Lumière" que Barend décide de donner à son patronyme une connotation française, en ajoutant un tréma au-dessus de la lettre "e", donnant naissance à la famille Citroën.


Un industriel chevronné

Bien que la tendance à l'époque soit de pérenniser l'entreprise familiale, André Citroën n'a aucun intérêt pour les pierres précieuses. De par sa vision plus moderne et technologique, il aspirait à innover et à produire, sentiments qui s'intensifient après son entrée dans le cursus ingénieur de l'Ecole Polytechnique et la possibilité de visiter des usines spécialisées en mécanique de précision lors de l'obtention de son diplôme.

A 22 ans, André Citroën obtient son diplôme et, cinq ans plus tard, crée sa première entreprise qui exploite le brevet d'un engrenage hélicoïdal jumelé, dit à chevrons, mis au point par Citroën et qui deviendra la base du symbole de la marque utilisé jusqu'à aujourd'hui.


Son véritable intérêt pour l'industrie automobile n'est venu qu'en 1908, lorsqu'il a pris la direction générale de Mors, une entreprise automobile en déclin qui a retrouvé le succès au tournant du siècle. Citroën est responsable du développement de nouveaux modèles et de la réorganisation des processus de fabrication, ce qui a permis de multiplier par dix les ventes en seulement six ans.

Malgré la renaissance, Mors ne parvient pas à surmonter le déclin provoqué par la Première Guerre mondiale et Citroën décide alors de concrétiser un vieux rêve : celui de produire des véhicules abordables pour une plus grande partie de la population. En 1919, il achète un terrain sur la jetée de Javel à Paris et crée les automobiles André Citroën.


Des innovations à la pelle

L'un des premiers projets de la nouvelle usine était la Citroën Type A, la première voiture européenne construite en série et la première voiture française à conduite à gauche. Le modèle était équipé d'un moteur quatre cylindres de 1 327 cm³ et pouvait atteindre une vitesse de 65 km/h, en plus d'être équipé de série d'un capot, d'une roue de secours, de phares et d'autres systèmes électriques.

A une époque où le droit du travail n'en était qu'à ses balbutiements, Citroën se démarque en recourant au travail féminin, pour lequel elle met en place des services sociaux inédits, comme des cantines et des crèches pour les salariées ayant des enfants. En 1927, l'entrepreneur est le premier employeur en France à verser le treizième mois à ses salariés.

Citroën fut aussi l'un des premiers constructeurs automobiles à comprendre qu'un véhicule ne se limitait pas à sa production : il créa un service après-vente complet qui comprenait un réseau de réparation, un catalogue de pièces, la garantie, la location de voiture et la vente à crédit. Au fil du temps, elle a même ouvert des succursales en France, des filiales et des chaînes de montage à l'étranger.

Innovant aussi dans la communication, Citroën s'est démarqué pour se faire encore plus connaître dont les fameuses lettres Citroën écrites par un avion dans le ciel de Paris ou encore la Tour Eiffel illuminées des lettres Citroën de 1925 à 1935. Pour s'adresser à toute la famille et comencer à fidéliser dès les plus jeunes âges, Citroën lance des jouets tels que la Citroënnette, une voiture à pédales avec la même tôle que les modèles originaux. Et enfin, il organise des croisières transcontinentales qui fascinent le monde entier, comme la Traversée du Sahara.


Ses nombreuses idées et sa volonté farouche de toujours aller plus loin ont conduit Citroën à être placé en faillite avant le lancement de l'extraordinaire Traction. André Citroën, écarté de la Direction, s'éteint le 3 juillet 1935, à l'âge de 57 ans sans avoir pu voir comment sa Traction allait révolutionner l'automobile et redonner à Citroën de l'allant. Mais le Patron comme il est encore affectueusement appelé par les plus anciens fidèles de la marque reste, encore aujourd'hui, une source d'inspiration.

Mots-clés :

309 vues6 commentaires

6 Comments


Guest
Feb 07, 2023

Sacré bonhomme,serait il fier de la direction d aujourd hui...👍

Like

Merci pour ce bel hommage au Patron .

Like

delamaredylanc3
delamaredylanc3
Feb 05, 2023

Bon anniversaire ai meilleur ingénieur automobile ! En plus, j'adore André Citroën !

Like

Merci Jérémy pour ce résumé de la brillante histoire d'André Citroën. Pour creuser encore plus le sillon des anecdotes, et s'imprégner de l'état d'esprit de l'époque et des entreprises Citroën, je vous conseille la lecture de la 3ème édition de l'ouvrage André Citroën Souvenirs d'une collaboration 1922-1934" (Aux Editions "l'Autodrome"). Ce recueil des témoignages complets, de Charles Rocherand, l'un des plus fidèles collaborateurs du "Patron", est le fruit des entretiens réalisés par les auteurs, en 1978, Etienne et Marie Christian, dans sa maison de retraite, en Isère. Le texte est ponctué de photos et documents d'époque, rares et inédits, pour un grand nombre d'entre eux. On y apprend ainsi, qu'à la demande expresse d'André Citroën, sur sa tombe, il n'y…

Like

oliete1967
oliete1967
Feb 05, 2023

Larga vida a todo el increíble legado de Monsieur André Citroën!. En Avant Citroën!

Like
Replying to

Muchas gracias a ti tambièn

Like
bottom of page