Essai du DS7 Crossback par Nice Matin

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Essai du DS7 Crossback par Nice Matin



DS se relance avec un SUV premium au look soigné et aux prestations haut de gamme. Matériaux nobles, confort, technologie, conduite semi-autonome : le meilleur du savoir-faire français

DS, le (re)retour ! Après un gros coup de mou lié à l'absence de nouveauté depuis six ans, DS se (re)relance avec de vraies ambitions mondiales. Née dans l'ombre de Citroën, DS est depuis 2014 une marque à part entière qui va bénéficier peu à peu d'un réseau spécifique.

Première étape de cette reconquête qui se traduira par six nouveaux modèles, la DS7 Crossback, livrée à partir de mars, investit le créneau porteur des SUV. Si elle reprend les codes esthétiques du segment, la nouvelle DS ne singe personne. Ilustration de ce choix : ses dimensions (4,57m), à mi-chemin entre les Audi Q3 et Q5.

"Les études-clients nous ont fait retenir cette option, explique-t-on chez DS. Ils réclament du volume, mais ne veulent pas d'une auto trop difficile à garer."

Avec sa spectaculaire calandre grillagée un peu bling-bling et ses entourages de phares "clin d'œil à la DS de 1955", la DS7 Crossback ne manque en tout cas pas de charisme.

UNIVERS HAUTE COUTURE Opéra, Rivoli, Bastille Faubourg: les appellations des finitions intérieures de la DS7 (Inspirations dans le jargon de la marque) résument bien la philosophie d'une auto qui entend offrir "le meilleur du luxe à la française".

Le soin apporté à chaque détail impressionne, à l'image du centre du volant habillé de cuir, des commandes serties de cristal ou des surpiqûres des contreportes point perle qui évoquent la haute couture.

Hi-fi Focal, montre BRM : DS n'a pas hésité à s'associer à des marques de prestige tricolores pour créer un environnement exclusif. Présentation, qualité d'assemblage : le résultat est concluant. L'immense écran central de 12 pouces personnalisable fait son effet, mais demande un temps d'adaptation.

Constat similaire pour l'ergonomie parfois déroutante avec ces commandes de lèves-vitres sur la console centrale ou ce port USB qu'on cherche à tâtons.

UN SYSTÈME DE CONDUITE SEMI-AUTONOME PERFORMANT Quel confort ! La DS7 Crossback est bien la digne descendante de la DS originelle. Il faut dire que la marque n'a pas lésiné sur les moyens en équipant son premier SUV, développé sur la base du Peugeot 3008, d'une suspension pilotée intelligente qui calcule les déformations de la chaussée grâce à une caméra chargée de scanner la route. Actif lorsque le mode «confort» est enclenché, ce dispositif gomme les nids de poule et ignore les ralentisseurs. Une prouesse d'ingénieur qui hisse la DS7 au sommet.

Il en va de même pour l'insonorisation, - merci le vitrage feuilleté! - et la nouvelle boîte auto EAT8, rapide et prévenante. Le souci du confort à tout prix ne nuit pas pour autant au comportement routier. Si les mouvements de caisse prouvent que DS a clairement privilégié le bien-être des passagers, l'auto est saine en toutes circonstances et la tenue de route précise.

Sécurisante, la DS7 Crossback l'est encore davantage lorsqu'elle embarque toute sa panoplie d'aides à la conduite. Fatigue ou inattention? Une caméra scrute votre visage en permanence et vous rappelle à l'ordre. Un piéton ou un sanglier sur la route en pleine nuit ? Le dispositif Night Vision (1.250 €) vous prévient.

Enfin, DS propose pour la première fois sur une auto française un système de conduite semi-autonome qui suit le trafic, change de file et freine à votre place. Testé pendant 45 mn dans les bouchons en région parisienne, celui-ci m'a paru particulièrement abouti. Il est en tout cas au niveau de la concurrence étrangère premium. Un vrai assistant de conduite qui nécessite (encore) de garder les mains sur le volant. Jusqu'à quand?

Source : 

http://www.nicematin.com/lifestyle/on-a-essaye-la-ds7-crossback-nouveau-symbole-du-luxe-a-la-francaise-195712

5 vues