Essai DS7 Crossback BlueHDi 180 Performance Line

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Essai DS7 Crossback BlueHDi 180 Performance Line


Après plusieurs mois d'attente, l'essai du DS7 Crossback est enfin arrivé.

Je ne vais pas vous parler de l'extérieur ou de l'intérieur, vous pouvez retrouver mes vidéos précédentes ici :

Présentation de l'extérieur :



Présentation de l'intérieur : (Le son sera modifié)



Le DS7 Crossback est ici essayé en version Performance Line. L'alcantara recouvre la planche de bord, l'ambiance se fait plus sportive mais l'essentiel du DS7 est là : une finition soignée, des détails à couper le souffle mais, quelque part, je regrette les sièges bracelet de montre de la finition Opéra. Au final et selon l' « inspiration » intérieure choisie, on se retrouve dans une ambiance différente et c'était bien là l'objectif de DS.



Une fois installé à bord, le contact est mis avec une insonorisation efficace qui masque le bruit du Hdi 180. La boîte auto EAT8 en position Drive et c'est parti....

  1. En ville :Première remarque : je pensais que 180ch allait me coller au siège mais au final pas du tout. Les accélérations se font progressivement, dans un silence et une douceur remarquable. Petit bémol : je trouve un certain manque de réactivité de la boîte, il y a toujours un temps de latence surtout sur les trois premiers rapports. Au delà, les passages de vitesse se font oubliés.Le confort est évidemment un point fort de ce DS7 Crossback avec la DS active scan suspension qui fait des merveilles. Certes, les petites saignées ne sont pas totalement oubliées mais très globalement le DS7 Crossback « refait » la route. J'y ai même retrouvé le ouaté de ma C5 hydractive c'est tout dire.Malgré son gabarit, le DS7 n'est en rien gênant en ville où il reste très maniable. Le start and stop se fait quasiment oublier à l'arrêt comme au redémarrage. Globalement, le confort est tout bonnement remarquable.Chercher une place et s'y garer devient un jeu d'enfant avec la caméra de recul et la vue 360 qui retranscrit bien l'environnement alentour.

  2. Sur la route :Si sur les petites routes départementales, le gabarit peut être gênant, le DS7 Crossback fait preuve d'une certaine vivacité, virant à plat offrant ainsi un visage plus dynamique mais toujours confort. On voit ici nettement l'avantade de cette suspension qui permet d'offrir à la fois le confort et le dynamisme.Sans les temps de latence de la boîte sur les trois premiers rapports, le DS7 serait extrêmement plaisant à conduire sur les petites routes départementales. Peut-être un passage en mode sport pourrait régler la réponse de la boîte ?

  3. Sur l'autoroute :Inutile de parler performances, avec 180ch, il n'y a aucun problème pour atteindre les vitesses maximales autorisées. Le DS7 Crossback devient royal sur l'autoroute où on le sent envieux de dévorer les kilomètres. Puissance, reprise, l'autoroute est clairement son terrain de jeu où il peut faire étalage de ses talents.



BILAN :

Sur ce court essai du DS7, j'ai pu noter qu'il avait toutes les cartes en main pour être un succès commercial. Une matériaux de qualité assemblés avec grand soin, des détails raffinés qui montre le savoir faire de DS, un intérieur technologique et qualitatif que le confort vient magnifier quand le DS7 prend la route. Au final, au volant de ce DS7, on se sent vraiment bien en étant sûr d'avaler des kilomètres sans fatigue.



0 vue

Passionnément Citroën - 2020 

Contact : passionnementcitroen1@gmail.com 

Clause de non-responsabilité de traduction

logo-passionDS.jpg
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon