top of page

Les actualités Citroën 

Essai DS3 Crossback Puretech 155


passionnement citroen, blog citroen, ds, ds3, ds3 crossback, essai ds, essai ds3, essai ds3 crossback,e ssai suv ds, suv,

Si l’extérieur ne fait pas l’unanimité, c’est une certitude, l’intérieur fait plus consensus. Comme on avait déjà pu le voir sur la DS7 Crossback, la marque française ne fait rien comme les autres. C’est encore le cas ici.

La DS3 Crossback propose ainsi de série une instrumentation 100% numérique mais celle-ci est relativement compacte, beaucoup plus en tous les cas que celles auxquelles on est habitués. Elle est relayée par un affichage tête haute qui s’effectue par l’intermédiaire d’une lame escamotable. Dommage qu’il ne s’agisse pas d’une projection sur le pare-brise mais il a fallu faire des choix en termes de coût. La planche de bord reçoit également son lot d’originalité avec en son centre de nombreux losanges qui accueillent soit les aérateurs, soit certaines commandes de radio ou de climatisation. Ils sont surplombés d’un écran multimédia tactile pouvant atteindre les 10,3 pouces. On remarque aussi les aérateurs désormais situés sur les contre-portes.

La DS3 conserve certains points communs avec d'autres modèles de la marque comme le traitement de la console centrale qui accueille les boutons de lève-vitres. Même si c’est fait pour libérer de la place dans la portière, on a connu mieux en termes d’usage. Et justement l’ergonomie perfectible et trop complexe représente le principal défaut de cette DS3 Crossback. Ainsi, pourquoi avoir placé le bouton de démarrage en bas de la console centrale ? La position de la poignée d’ouverture n’est pas naturelle et on a tendance à attraper le bac de rangement.. Et la liste est encore longue.

La praticité n’est également pas l’atout majeur de la DS3 Crossback qui propose un coffre de seulement 350 litres alors qu’un Q2 offre 50 litres de plus. L’habitabilité arrière est correcte mais les passagers risquent de ressentir un sentiment d’enfermement en raison d’une surface vitrée réduite.

Rien à redire concernant le choix des matériaux. Sur les finitions hautes, vous aurez droit à du cuir (Nappa ou même patiné) sur la planche de bord ou les sièges avec un motif de bracelet de montre ou de l’alcantara. La DS3 bénéficie de quelques raffinements spécifiques au constructeur, comme le point perle qui remplace les traditionnelles surpiqûres ou le guillochage, façon particulière de travailler l’aluminium. De quoi rendre l’atmosphère à bord de cette DS3 Crossback différente. Il faut toutefois noter la présence de quelques plastiques durs sur les contre-portes et le bas de la planche de bord.


passionnement citroen, blog citroen, ds, ds3, ds3 crossback, essai ds, essai ds3, essai ds3 crossback,e ssai suv ds, suv,

A conduire :

Si tous les aspects stylistiques (intérieur et extérieur) de la DS3 Crossback sont uniques, il n’en est pas de même des moteurs qui sont repris des autres modèles du groupe PSA et donc bien connus.

En essence, carburation qui devrait représenter la majorité des ventes, on trouvera les Puretech 100 (boîte manuelle), 130 et 155 (boîte automatique pour les deux). En diesel, les clients auront le choix entre le BlueHDi 100 ch ((boîte manuelle) ou le BlueHDI 130 ch (boîte automatique). Pour la véritable nouveauté, il faudra patienter pour découvrir la DS3 Crossback E-Tense, à savoir la version 100% électrique. Conçue sur la plateforme e-CMP (la même que celle de la e-208), elle sera capable de parcourir jusqu’à 300 km selon la norme WLTP grâce à sa batterie de 50 kWh.

Pas d’électrique pour cette première version, mais la version essence la plus puissante, le Puretech 155 ch couplé exclusivement à la boîte de vitesses automatique à 8 rapports. Il s’agit d’un nouveau moteur puisqu’il hérite d’un filtre à particules et gagne 10 Nm supplémentaires, ce qui lui permet de bénéficier de 240 Nm de couple.

Comme tous les trois cylindres, cette motorisation fait preuve d’une belle vivacité et d’un tonus certain, comme en atteste le 0 à 100 km/h abattu en 8,2 secondes. Cela s’accompagne d’une sonorité typique de ce type d’architecture, qui est amplifiée quand on adopte le mode sport. Si son mariage avec la boîte automatique est globalement convaincant, elle a toutefois démontré certaines limites, notamment en montagne où la transmission a fait preuve de moins de réactivité et de fluidité, d’où la présence de quelques à-coups. Attention à la consommation, sur notre essai, nous avons relevé une moyenne avoisinant les 9, 5 l/100 km.

Équipé d’origine de jantes 18 pouces, notre modèle d’essai a fait preuve d’un bon compromis confort/dynamisme. Alors certes, il y a quelques bruits d’air et de roulement, mais l’ambiance à bord est sereine. Le confort est de bon niveau malgré le diamètre des jantes. Les mouvements de caisse sont bien endigués et le roulis quasi inexistant, même si les sièges auraient mérité un meilleur maintien. Quoi qu’il en soit, cet agrément ne se fait pas au détriment du plaisir de conduite grâce notamment à une direction précise et consistante, de quoi réjouir tous les occupants de cette DS3 Crossback.

Les équipements :

La gamme de la DS3 Crossback reprend logiquement les mêmes appellations que le reste des autres modèles de la marque, mais elle demeure relativement complexe.

L’entrée de gamme « Chic » ( à partir de 23 500 €) est richement pourvue. Elle reçoit de série 6 airbags, l’alerte involontaire de franchissement de ligne, l’allumage automatique des projecteurs, la climatisation manuelle, l’instrumentation numérique, la surveillance de la pression des pneus, l’écran multimédia tactile 5 pouces, le frein de stationnement automatique, le freinage d’urgence jusqu’à 85 km/h, le démarrage mains libres, les 4 vitres électriques, le pare-brise teinté et acoustique, la reconnaissance des panneaux de signalisation, les rétroviseurs électriques, le régulateur de vitesse et l’inspiration DS Montmartre (garniture et sellerie tissu, détails noir mat).

À partir de là, la gamme se scinde en deux avec une partie orientée luxe (So Chic et Grand Chic) et une autre axée sur le sport (Performance Line et Performance Line +).

La première comprend le niveau « So Chic » ( à partir de 27 100 €). Il dispose pour sa part de l’aide au stationnement arrière, la climatisation automatique, les jantes alliage 17 pouces, le rétroviseur intérieur sans cadre, les vitres arrière surteintées, l’écran tactile 7 pouces avec 8 haut-parleurs, la fonction Mirror Screen et l’inspiration DS Bastille (garniture et sellerie tissu, détails satinés).

Ensuite, il y a la finition « Grand Chic » ( à partir de 32 800 €). Elle se compose des poignées de porte qui se déploie automatiquement, de l’affichage tête haute, de l’aide au stationnement avant et arrière avec caméra de recul, de la recharge sans fil, des projecteurs Matrix LED, de la navigation, de l’écran multimédia 10,3 pouces, des jantes 18 pouces, du pack sécurité (freinage d’urgence jusqu’à 140 km/h, surveillance angles morts, et aide au maintien dans la voie) et au choix de l’inspiration DS Bastille avec cuir grainé Noir ou l’inspiration DS Rivoli (sellerie cuir nappa Gris, garnissage panneau de porte et planche de bord en TEP).

Du côté de l’autre branche, la « Performance Line » (à partir de 27 300 €) reprend les mêmes équipements que la finition « So Chic » mais avec quelques détails de présentation différents comme des garnissages des contre-portes et planche de bord en tissu et alcantara ou un pédalier alu.

Enfin, le niveau « Performance Line + » ( à partir de 30 600 €) se base sur la finition précédente en reprenant la dotation de la version « Grand Chic » avec comme signe distinctif des jantes 18 pouces spécifiques.

Le haut de gamme est représenté par la série de lancement dénommée « La Première » ( à partir de 39 000 €). Elle sera disponible uniquement avec les deux moteurs essence les plus puissants, à savoir les Puretech 130 et 155 ch, mais aussi en électrique. Elle se caractérise notamment par des décors Cuir Nappa Art Rubis sur la planche de bord et les panneaux de portes, les sièges cuir en forme de bracelet de montre avec surpiqûres Point Perle. Elle est également la seule à posséder le pack sécurité Étendue et DS Drive Assist comprenant le freinage d'urgence automatique jusqu'à 140 km/h, l’alerte active de franchissement involontaire de ligne, la surveillance active d'angle mort, la reconnaissance des panneaux, la commutation automatique des feux de route et le régulateur de vitesse adaptatif avec aide au maintien dans la voie.

Le point high-tech

La technologie est l’un des principaux points que DS met en avant dans sa politique marketing. La DS3 Crossback peut disposer des poignées de portes affleurantes avec déclenchement à distance, des projecteurs Matrix LED ou de l’instrumentation 100% numérique. Il est toutefois dommage que le régulateur de vitesse adaptatif soit en option sur toutes les finitions, exception faite de la série de lancement La Première.


passionnement citroen, blog citroen, ds, ds3, ds3 crossback, essai ds, essai ds3, essai ds3 crossback,e ssai suv ds, suv,

Le bilan :

Différent, voici le mot qui caractérise le mieux cette DS3 Crossback. Pour se frotter à la concurrence, le constructeur a décidé de jouer une partition différente de ses rivaux allemands en misant sur un style affirmé, une présentation intérieure unique et un contenu technologie conséquent ; le tout avec des qualités dynamiques certaines. Mais attention, cela se paye au prix fort.

Caradisiac a aimé

La présentation intérieure Le choix des matériaux Le confort Les qualités dynamiques L’équipement complet….

Caradisiac n'a pas aimé … malgré quelques lacunes L’ergonomie perfectible Les tarifs élevés Le look complexe


Source :

https://www.caradisiac.com/essai-ds3-crossback-la-bonne-recette-a-la-francaise-174922.htm

364 vues2 commentaires

Posts similaires

Voir tout
bottom of page