top of page

Les actualités Citroën 

Campagne de rappel airbags Citroën : les dernières infos mises à jour


Depuis quelques jours, Citroën a annoncé une vaste campagne de rappel concernant plus de 500 000 Citroën C3 et DS3 fabriquées entre 2009 et 2019 et commercialisées dans certaines zones méditerranéennes européennes, dont le sud de la France. Je vous propose de voir les suites de cette campagne de rappel avec une première mise à jour des informations à commencer par la baisse du nombre de véhicules concernés qui passe de 600 000 à 500 000.



MISE À JOUR du 12 JUIN 2024


La campagne de rappel concernant les airbags Takata sur les Citroën C3 et DS 3 a suscité énormément de commentaires à cet article et beaucoup d’inquiétude pour les clients. Près d’un mois après l’annonce de cette campagne, Stellantis et Citroën ne sont pas restés inactifs et ont tenté d’apporter des solutions qui permettent de limiter les désagréments pour les clients.


Ainsi, le groupe a mis en place les éléments suivants :

  • La mise à disposition de 60 000 véhicules de courtoisie, pour les clients qui ont un problème de mobilité, dont 25 000 en France.

  • 200 chargés de relation clientèle sont actuellement dédiés pour répondre aux questions des clients auxquels viendront s’ajouter 180 agents supplémentaires dès la mi-juin, cela permettra de désengorger les dossiers

  • Plus de 147 000 clients ont d’ores et déjà suivi le processus d’enregistrement nécessaire pour la France

  • 15 000 voitures ont été réparées en deux semaines seulement.


Citroën n’est pas la seule marque à devoir gérer ces problèmes d’airbags puisque Takata a fourni un nombre conséquent de véhicules. Ainsi, pas moins de 15 marques sont concernées par ces problèmes d’airbags dont BMW, Volkswagen Ford, Honda, Audi ou encore Seat et Skoda entre autres, soit un volume supérieur à 100 millions de voitures concernées pour ces dix dernières années.


Stellantis, dont Citroën, ont subi les dysfonctionnements des airbags Takata, fournisseur japonais qui a fermé en 2017 laissant les constructeurs seuls à gérer les difficultés.

Pour autant, la marque n’est pas restée inactive contrairement à ce que l’on entend très souvent. Takata a confirmé à plusieurs reprises l'absence de risque sur les airbags équipant nos véhicules, car ils étaient produits dans une usine européenne pour laquelle aucun n’avait été signalé. Cependant, le Groupe PSA, à l’époque, avait mis une surveillance en place sur les airbags en procédant à des tests périodiques dans des laboratoires extérieurs, les résultats étant partagés avec les autorités allemandes, anglaises et françaises.


Malgré cette surveillance, un cas potentiel a été signalé en juin 2019 en Guadeloupe et a immédiatement convoqué une campagne de rappel. En 2023, cette surveillance a également détecté des cas potentiels dans le pourtour méditerranéen, aussi nous avons pris la décision d’informer les clients du risque, et commencé une campagne de rappel par lots en traitant en priorité les véhicules identifiées comme étant les plus à risque.

 

Malgré ces mesures, en accord avec les autorités compétentes, Stellantis et Citroën ont estimé qu’il fallait, par mesure de sécurité, demander à nos clients de cesser d’utiliser leur véhicule.


Après les premières semaines de mise en place de cette campagne de rappel d’une ampleur inconnue jusqu’alors dans le réseau de la marque, Stellantis et Citroën ont énormément travaillé pour que la situation se débloque au fur et à mesure en essayant que les clients soient le moins impactés possible. Malgré cela, vu le nombre de véhicules concernés, il faut être honnête et reconnaître que la campagne mettra du temps avant de se résorber mais le réseau et la marque sont pleinement mobilisés pour réduire ce temps au strict nécessaire.

Cette campagne vise à prévenir des problèmes liés aux airbags d’origine Takata, une situation qui a conduit à de nombreuses campagnes similaires chez d'autres constructeurs ces dernières années.


Pour information, voici l'intervention de Thierry Koskas sur la radio RTL ce matin :



 

ARTICLE INITIAL

Une mesure de sécurité cruciale

Citroën a récemment adressé un courrier à ses clients, les avertissant de la nécessité de "cesser immédiatement de conduire [leur] véhicule". Cette mesure draconienne concerne les propriétaires des modèles C3 et DS3 produits entre 2009 et 2019, pour des clients localisés (en France) dans les régions situées au sud de Clermont-Ferrand/Lyon. en raison d’un problème lié aux airbags fournis par l’équipementier japonais Takata. Ces airbags, déjà connus pour leurs défauts qui ont mené à la faillite de Takata, présentent un risque de défaillance.


Ce rappel massif concerne près de 500 000 voitures en Europe du Sud, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En France, le nombre précis de véhicules affectés est de 181 734 Citroën C3 et 65 149 DS3. Ce rappel ne touche que des clients localisés (en France) dans les régions situées au sud de Clermont-Ferrand/Lyon car les produits chimiques contenus dans ces coussins gonflables Takata peuvent se détériorer avec le temps, en particulier lorsqu’ils sont exposés à des conditions climatiques chaudes et humides.


Naturellement, le courrier suscite de nombreuses inquiétudes auprès des propriétaires concernés qui, au-delà du risque encouru avec leur voiture, sont privés de pouvoir circuler. Face à l’ampleur des véhicules concernés, Citroën a fortement réagi mais il y a forcément un temps de latence afin que l’opération se mette en place ce qui renforce l’inquiétude. Les clients doivent prendre contact avec le réseau Citroën pour obtenir des informations détaillées sur les réparations nécessaires et les solutions de mobilité alternatives disponibles gratuitement.


Des airbags potentiellement dangereux

Les airbags de Takata contiennent du propergol, un produit de propulsion chimique qui se détériore avec le temps. En cas d'accident grave, cette dégradation peut entraîner une explosion trop puissante de l'airbag lors d'un déploiement, augmentant le risque de blessures pour les occupants du véhicule. Bien qu’aucun incident majeur n'ait été signalé sur les Citroën C3 et DS3, la marque a pris la décision prudente et responsable d'identifier et de lister tous les véhicules concernés.


Il est important de noter que Citroën n’est pas la seule marque affectée par les problèmes des airbags Takata. De nombreux autres constructeurs, tels qu'Audi, BMW, et Toyota, ont également lancé des campagnes de rappel pour remplacer ces airbags potentiellement dangereux. La faillite de Takata en 2017 a laissé les constructeurs dans l'obligation de réagir et de protéger leurs clients.


Une réponse rapide et efficace

Citroën insiste sur l'importance pour les propriétaires des véhicules concernés de contacter immédiatement leur réparateur agréé. Les interventions nécessaires sont réalisées gratuitement, et les démarches à suivre sont clairement expliquées sur le site de Citroën. La marque va plus loin en offrant des véhicules de prêt aux propriétaires devant cesser de rouler avec leurs voitures affectées, minimisant ainsi les désagréments causés par cette mesure.


Il est crucial pour tous les propriétaires de Citroën C3 et DS3 fabriqués entre 2009 et 2019 de vérifier si leur véhicule est concerné par cette campagne de rappel. En se conformant rapidement aux instructions de la marque, les propriétaires peuvent s'assurer de leur sécurité et de celle de leurs passagers. Consciente de l’inquiétude que cette situation peut générer, Citroën assume ouvertement cette campagne de rappel et s'engage à remplacer les airbags gratuitement.


Conclusion : La sécurité avant tout

Cette situation, bien que préoccupante, démontre la détermination de Citroën à prioriser la sécurité de ses clients face à des défauts potentiellement dangereux. En prenant des mesures rapides et drastiques, Citroën réaffirme son engagement envers la sécurité et le bien-être de ses clients. Pour plus d'informations et pour vérifier si votre véhicule est concerné, rendez-vous sur le site officiel de Citroën ou le portail Rappel Conso du gouvernement.

1 831 vues28 commentaires

28 Comments


Tout le monde galère, propriétaires de voitures du groupe Stallantis, les concessionnaires...ETC. Je me retrouve avec un véhicule invendable sur le marché de l'occasion comme des milliers d'autres personnes...Alors que le grand patron du groupe a empoché plus de 36 millions d'euros pour 2023!

Like

Pouvez-vous nous transmettre l'étude qui explique pourquoi seule les voitures se trouvant au sud de ligne Clermont-Lyon sont rappellées par la compagne?

Et quand les citroën C3 pour les propriétaires du nord vont être rappelées? Et pour les voiture d'occasion, comment savoir où à vécu l'ancien propriétaire ?

Voilà la triste véritée : "il avait eu quatre décès en métropole, dont deux dans les Pyrénées, et particulièrement un dans une région pourtant froide des Hautes-Pyrénées en novembre 2023

Like


Ça grogne dans les concessions, les véhicules de remplacement annoncés ne sont pas là et m Koskas a compté les véhicules de courtoisie pour les entretiens courants, mais c'est surtout sur les véhicules occasions qu'ils feraient entrer dans la boucle, m Koskas n'a rien dit sur la prise en charge des frais d'assurance, d'immatriculation et la dépréciation liée à ces kilomètres, la FNA a interrogé la direction des chevrons mais pour l'instant, silence radio...

Like

Dès que j'ai appris cette nouvelle, étant possesseur d'une C3 Picasso de 2013, j'ai envoyé un mail à mon concessionnaire qui m'a dit que je n'étais pas concerné. Mais depuis l'étendue des 'dégâts' ne me rassurre pas et j'aurais aimé que Citroën mette en place sur son site la possibilité d'avoir une confirmation en saisissant le numéro de série du véhicule.

Like
bottom of page