Rencontre avec Corinne Spilios, directrice de l'usine de Mulhouse
Auto_728x90.jpg

Rencontre avec Corinne Spilios, directrice de l'usine de Mulhouse



Directrice du site industriel PSA de Mulhouse, Corinne Spilios donnait mercredi 28 mars une "master class" au salon Global Industrie, au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. A cette occasion, Autoactu.com l'a rencontrée après sa conférence, alors qu'elle vient de recevoir le prix de Femme de l'Année 2018 de l'association Wave.

A la tête d'un des plus grands sites industriels hexagonal depuis plus de quatre ans, c'est pourtant "en toute humilité" que cette ingénieure de 47 ans a livré, à une audience particulièrement attentive, son témoignage sur la transformation du site de Mulhouse. Une usine construite alors qu'elle n'était même pas née et qui entre de plain-pied dans le 21ème siècle, devenant tout simplement la vitrine de l'usine du futur selon la vision du groupe PSA. De son propre aveu, Corinne Spilios n'a "connu que PSA". Elle y est entrée en 1995 pour terminer son troisième cycle de l'école des Hautes Etudes d'ingénieur de Lille, après un diplôme décroché à l'ENSAM. Du contrôle qualité, elle passe vite à la production trois ans plus tard à l'usine d'Aulnay, avec la responsabilité du lancement de la plateforme A, celle de Citroën C3 entre autres. 

De 2005 à 2013, elle continue de gravir les échelons. Au centre technique de Vélizy, elle est responsable méthodes industrielles sur Peugeot 508. Arrivée à Rennes La Janais comme responsable méthode de montage, elle y devient directrice QCP (qualité centre de production). En décembre 2013, elle est nommée directrice de l'usine de Mulhouse. Elle pilotera la transformation décrite dans le plan "Usine Excellente".

Aujourd'hui, Groupe PSA peut assembler sur les lignes de Mulhouse jusqu'à 6 modèles différents en même temps. 300 millions d'euros ont été nécessaires pour changer les outils, penser de nouvelles méthodes et surtout, faire monter en compétence les 7 000 collaborateurs de l'usine. Corinne Spilios leur en sait gré d'avoir accepté le plan "Mulhouse 2020", d'accepter qu'aujourd'hui des chariots AGV* transportent en toute autonomie les composants des véhicules, que des robots appliquent les films d'étanchéité sur les portières. "Une tâche qui était très compliquée pour les opérateurs", précise-t-elle pendant sa master class.

"Celui qui est au centre de mon usine, c'est le client"

Corinne Spilios a piloté les études de transformation digitale et managériale puis les a soumises à la direction industrielle de Groupe PSA. Désormais, son rôle est de contrôler l'application de la feuille de route en tenant ses "obligations de résultats". Avec une conscience omniprésente de la rentabilité et de la qualité : "Celui qui est au centre de mon usine, c'est le client, c'est lui qui fait notre succès, pas le contraire". Un mantra qui doit ravir l'équipe de Carlos Tavares.

L'usine de 2025, Corinne Spilios en est déjà familière. "L'automatisation, les robots collaboratifs et le bond du digital, entre autres, nous apportent des outils performants, flexibles, agiles, qui aident à trouver des solutions à des problèmes qu'on vit aujourd'hui dans l'usine", défend-elle, quand sont opposées l'usine 4.0 et la question sociale. Et de prendre l'exemple de l'émergence de la téléphonie mobile afin d'illustrer l'importance de la montée en compétences pour maîtriser des outils qui n'existaient pratiquement pas au siècle dernier.

Les enjeux de l'électrification des moteurs ? Ça ne l'effraie pas. Dans quelques semaines débutera l'assemblage des pré-séries de la version hybride essence de DS 7 Crossback. "Pour la voiture de 2030, qui n'est pas encore dessinée, je ne saurais pas dire. Mais pour 2022, je sais que j'aurai du tout électrique, de l'hybride et j'aurai encore de l'essence et du Diesel. Et ce que l'on a dessiné pour nos lignes est déjà compatible à tous les stades de production (ferrage, peinture, montage), pour gérer un flux tant multi-silhouettes que multi-moteurs."

Cette flexibilité quasiment poussée à l'infini, Corinne Spilios s'assure qu'elle accouche des produits attendus par la clientèle. "C'est important que tous nos collaborateurs voient aussi les efforts des équipes commerciales sur le terrain pour accompagner les clients ; par exemple, nous avons emmenés notre encadrement visiter un DS Store au lancement de DS 7 et voir en quoi consistait le parcours client." Quant à la DS 7 qu'elle conduit au quotidien, nul ne doute qu'elle n'a pas eu à aller la chercher en concession…

La règle des trois S : sens, soutien, suivi Corinne Spilios est corporate et maîtrise tant les éléments de langages sur le concept d'usine du futur que la réalité de diriger une usine de production automobile (qui a la particularité de réunir sur un même lieu toutes les phases d'assemblage final). Les enjeux du monde d'aujourd'hui et de demain ne lui sont pas non plus inconnus, elle qui réfléchit à intégrer l'économie circulaire à la gestion des déchets de l'usine. 

Bien sûr, Corinne Spilios s'est sentie fière en apprenant son élection au prix de la Femme de l'Année Wave, mais elle en a surtout été étonnée. Peut-être a-t-elle eu le même étonnement à chaque promotion qui lui était proposée, alors qu'elle n'avait rien demandé. Pour expliquer le succès du plan "Mulhouse 2020", le sien et celui de ses collaborateurs, elle évoque l'audace et la règle des trois S : sens, soutien, suivi. Souhaitons-lui de garder cet état d'esprit et cette humilité.


Source : 

http://www.autoactu.com/corinne-spilios---la-femme-d-aujourd-hui-qui-dirige-l-usine-de-demain.shtml

0 vue

Passionnément Citroën - 2020 

Contact : passionnementcitroen1@gmail.com 

Clause de non-responsabilité de traduction

logo-passionDS.jpg
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon