Porté par les SUV, PSA fait un très bon mois de Janvier en Europe



Porté par le succès de ses SUV, Peugeot se hisse sur le podium des ventes VP en Europe en janvier, devançant Renault de près de 5 000 VP et se positionnant à 1 500 VP derrière Ford et 63 500 VP derrière Volkswagen.

Le marché VP européen (30 pays) a débuté l’année en grande forme, en progression de 7% (et de 4,5% à nombre de jours identiques) malgré un recul du marché britannique de 6%. Le groupe PSA réalise également une progression de 7% (*), dont +14,8% pour Peugeot, +11% pour Citroën, -1% pour Opel et -22% pour DS.

Si l’on ajoute le VUL, le groupe fait beaucoup mieux, gagnant 12%, grâce à ses nouveaux fourgons Expert et Jumpy "qui ont doublé leurs parts de marché sur la période", souligne Maxime Picat, Directeur opérationnel Europe du groupe PSA."Avec 25% de parts de marché sur le marché du VUL (21% sans Opel), nous sommes un large leader européen", dit-il.

"En VP, la marque Peugeot se hisse sur le podium, devançant ainsi Renault (de près de 5 000 unités, NDLR) et pointant à 1 500 unités derrière Ford", se félicite-t-il. "Notre gamme de SUV est toujours à un niveau élevé mais nos berlines se portent aussi très bien, avec la 208 qui réalise l’une de ses meilleures performances et se classe à la 3e place du segment B, tandis que le restylage de la 308 porte ses fruits et lui a permis de repartir à la hausse", dit-il. Si l’on ajoute les VUL, Peugeot affiche même une croissance de 23% de ses ventes en Europe pour atteindre la barre des 7% de parts de marché (+0,4 pt).

Chez Citroën, l’arrivée de C3 Aircross porte ses fruits : "Nous totalisons déjà plus de 50 000 commandes, dont 60% avec le niveau de finition le plus élevé, et nous sommes sur un rythme de 10 000 commandes mensuelles, ce qui nous positionne dans le top 5 du segment", souligne-t-il. Y compris le VUL, Citroën réalise une progression de 19% (contre +11% avec le VP uniquement).

La marque DS devrait aller mieux cette année avec l’arrivée de la DS7 Crossback mais le dirigeant ne se donne pas d’objectif chiffré : "Nous nous sommes donnés 15 ans pour installer la marque sur le segment premium. Nous veillons pour l’heure à ce qu’un réseau de distribution qualitatif se mette en place". Il ne s’attend pas non plus à une progression fulgurante des ventes d’Opel cette année : "La part de marché n’est pas notre priorité. Le plan est d’abord de redresser les marges unitaires avec la mise en place du "pricing power". Mais il est vrai qu’avec trois SUV en année pleine (Mokka X, Crossland X, Grandland X) nous nous attendons tout de même à un retour à la croissance".

Passionnément Citroën - 2020  - Nous contacter

Clause de non-responsabilité de traduction 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon