Le groupe PSA commence à enrayer l’érosion de ses ventes en Chine

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Le groupe PSA commence à enrayer l’érosion de ses ventes en Chine



L’un des challenges de PSA en 2018 sera de reconquérir au moins une partie des volumes perdus sur le marché chinois. La croissance des ventes du groupe en janvier est de bon augure.

Avec un peu moins de 34 000 ventes en Chine sur le mois de janvier (y compris quelques ventes en Asie du Sud Est), le groupe PSA est encore très loin de ses niveaux antérieurs mais la tendance est positive. En 2017, ses ventes sur la région Chine ont baissé de 37,4% (soit 387 000 unités), elles progressent de 13% sur le mois de janvier.

Dans le détail, cette croissance n’est pas encore totalement franche puisque pour l’instant seulement la marque Citroën a redressé ses volumes avec 13 900 unités (+67,5%) grâce au lancement de C5 Aircross et la bonne tenue des C3-XR et C4L.

La marque Peugeot est encore en repli (-8,1%) avec 19 400 unités. La situation reste problématique pour DS qui dans l’attente du renouvellement de la gamme a pratiquement disparu du marché. Il s’est vendu sur la région 300 DS en janvier. Le lancement de la DS 7 prévu en avril 2018 devrait faire bouger les choses. La marque Opel y a une présence symbolique (avec 200 ventes en janvier) héritage de la répartition des marchés au sein du groupe GM.

Au total, la région "Chine et Asie du Sud Est" représente 10% des ventes du groupe PSA en janvier, comme sur l’ensemble de l’année 2017. Au plus haut, en 2014 et 2015, la Chine et Asie du Sud Est représentait 25% de ses ventes mondiales et était la deuxième région du constructeur.

Désormais, après l’Europe, c’est la région Moyen-Orient Afrique qui est la principale zone de développement de PSA depuis la reprise des relations commerciales avec l’Iran (en juin 2016). Les volumes sur cette région sont stables en janvier et représentent 15% des ventes du groupe (50 000 unités). Il s’agit toujours essentiellement de la marque Peugeot (47 100 unités), tandis que Citroën (1 400 unités) et Opel (1 800) ont une présence nettement moins importante.

Sur les trois autres régions, Amérique Latine, Inde Pacifique et Eurasie, les volumes restent confidentiels (15 000 voitures à elles trois) même s’ils sont en hausse (700 voitures de plus).

Au final, c’est bien l’Europe qui reste le cœur de l’activité de PSA (70% de ses volumes) et le moteur de sa croissance. Le groupe y a vendu 224 000 unités. L’intégration d’Opel permet au groupe de doubler son poids en Europe puisqu’elles étaient de 112 000 unités en janvier 2017

Sur cette région, en janvier, c’est Opel qui est la première marque avec 88 800 unités (40% des ventes PSA de la zone), devant Peugeot avec 79 800 unités (36% des volumes), Citroën avec 52 900 unités et DS avec 2 600 ventes. Si DS reste en recul, les ventes de Peugeot (+23,3%) et Citroën (+19,1%) y sont en forte croissance.

Au final, le groupe PSA a vendu 323 300 véhicules en janvier, à la fois grâce à sa performance en Europe sur son périmètre historique (PCD) avec 232 400 unités, (+13%) et grâce à l’apport d’Opel/Vauxhall qui avec 90 900 unités apporte un supplément de volume de 40%.

42 vues