top of page

Les actualités Citroën 

L'Inde un marché stratégique pour Stellantis et Citroën


L'usine Stellantis de Thiruvallue en Inde où le Citroën C5 Aircross est assemblé

Stellantis est implanté en Inde avec Jeep et surtout Citroën qui vise à conquérir ce marché voué à devenir un grand marché dans les toutes prochaines années et qui explique la volonté de Stellantis de s'y implanter avec l'espoir de trouver de nouveaux relais de croissance.

L'Inde est le pays le plus peuplé du monde devant la Chine avec une population qui représente près de 17.2% de la population mondiale et qui, surtout, est extrêmement jeune puisque 64% de la population a moins de 34 ans. L'Inde représente donc un nouvel eldorado pour les constructeurs automobiles avec un marché qui devrait atteindre, les 5 millions d'unités vendues d'ici 2030. Enfin, grâce à son enseignement supérieur particulièrement efficace avec un taux de scolarisation supérieur à 90%, l'Inde constitue pour Carlos Tavares "un potentiel de développement clé pour atteindre les ambitions de Stellantis".

Comme tout constructeur automobile, Stellantis est confronté aux besoins de trouver des relais de croissance qui permettront de faire face à la stagnation voire à la baisse de ces marchés principaux. Très fort en Amérique du Nord et en Europe, qui sont ces deux piliers, le groupe Stellantis est à la recherche d'un troisième moteur composé de l'Amérique latine, de l'Afrique Moyen-Orient et de l'Asie et notamment l'Inde où le groupe a déjà beaucoup investi. En effet, depuis 2015, le groupe PSA devenu Stellantis, depuis la fusion avec FCA, a investi plus d'un milliard d'€ en Inde avec la construction d'une usine de moteurs et boîtes de vitesses et deux usines d'assemblage, une pour Citroën et l'autre pour Jeep. Et, dans un marché où la clientèle est exigeante, le groupe Stellantis a déjà dégagé des bénéfices en 2021 et en 2022, bénéfice qui devrait croître à mesure que les gammes des marques présentes sur le marché s'agrandissent.

Surtout, l'Inde constitue une base d'exportation de Stellantis pour la région Asie Pacifique qui va lui permettre, là aussi, de développer ses ventes notamment grâce à Citroën qui fabriquera, d'ici 2024, trois modèles dans l'usine Stellantis de Thiruvallur avec, pour objectif, de poursuivre une croissance qui s'est montée à 57% en 2022 et que le groupe entend bien continuer de faire progresser grâce à une offre dynamique et, pour cela, il compte beaucoup sur la Citroën C3 dans un marché indien où 72% des ventes se font sur les véhicules de moins de 4 mètres, fortement encouragés par des taxes abaissées comparé aux véhicules plus longs.


Une stratégie indienne à rebours de la Chine

Alors que le groupe Stellantis s'engage fortement en Inde, il réduit sa présence en Chine avec une volonté d'être "assets light" c'est à dire d'avoir la plus faible implantation industrielle afin de limiter les risques. Carlos Tavares l'explique en indiquant que "le contexte géopolitique international n'est pas le même pour l'Inde que pour la Chine. C'est une des raisons pour laquelle Stellantis a une politique "assets light" pour baisser notre niveau d'exposition économique dans un marché où nous constatons la rapide prise de parts de marché des constructeurs nationaux par rapport aux constructeurs étrangers". Le patron de Stellantis affirme également que, pour l'Inde, plus ouvert où il est plus facile de maitriser la chaîne des valeurs et le potentiel des investissements.


Même si Stellantis affirme ne plus être en recherche de volumes de ventes mais miser sur la rentabilité, le groupe entend néanmoins être présent sur les régions du monde où la croissance est la plus élevée ceci afin d'être moins dépendants de ses marchés traditionnels. Pour cela, le groupe s'appuie sur Citroën notamment avec la construction de trois voitures pensées pour ces régions sur une plateforme dédiée permettant de faire des voitures accessibles pour des marchés où le niveau de revenus est faible. C'est une marque de confiance pour Citroën qui, grâce à cela, s'internationale et devient moins dépendante du marché européen réduisant ainsi ses risques pesant sur son avenir et sa croissance. L'Amérique latine, l'Afrique Moyen-Orient et, surtout, l'Inde sont donc demain les leviers de croissance de Stellantis et Citroën en est le fer de lance.


441 vues8 commentaires

Posts similaires

Voir tout

8 comentarios


Le blog ne représente pas l'avis général" j'ajouterai heureusement. Mais Oli n'est pas une voiture lançant une tendance esthétique, c'est un laboratoire roulant, équipée de techniques très innovantes, voir les posts de Jérémy là concernant. Pour résumer, Oli est une voiture d'une tonne et non de deux, avec 400 km d'autonomie et seulement 10 kw au 100/km, ce véhicule est techniquement, parfaitement et en adéquation avec les exigences à venir, comme l'a été la 2cv à son époque, légère et économique. Votre réponse sur l'esthétique est lunaire face aux défis que les fabricants de véhicules, ont à relever pour nous permettre de continuer à avoir la liberté de la mobilité avec le minimum de contrainte.


Me gusta

Pour s’implanter en Inde, Citroën lance sur 3 ans 3 modèles (dont C3 et C3 Aircross, le 3ème devant arriver l’année prochaine). Un modèle ayant une durée de vie de 7 ans, cela veut dire que pendant 4 ans la marque n’aura aucune actualité produit. A moins que la marque ne prépare un autre modèle ? Une C4 « smart » ?

Me gusta
Contestando a

Il y en certainement d'autres en préparation. Aucun constructeur ne dévoilant ces plans à long terme, il va falloir suivre attentivement Jérémy.

Me gusta

Cet éclairage sur la stratégie commerciale de Stellantis n'est pas surprenante, puisqu'elle confirme ce que nous savions déjà: Une accélération de l'internationalisation des marques européennes, pour aller chercher la croissance là où elle se trouve, car il faut tenir compte de la saturation du marché européen, où l'objectif est de ne pas perdre du terrain, mais où les possibilités de développement sont quasi inexistantes. Et dans cette stratégie, Citroën exerce un rôle de "défricheur", et établit la "tête de pont" pour les autres marques du groupe, acquérant de l'expérience, en Inde et en Amérique latine, pour amorcer sa présence en Afrique Moyen-Orient et en Asie. Nous remarquons que Carlos Tavarès est particulièrement prudent avec la Chine, car ce qui sembla…

Me gusta
Contestando a

Le blog ne représente pas l'avis général, et je me souviens d'une vidéo où Oli avait sillonné des grandes avenues de Paris, et les passants interviewés la trouvaient "chouette". Il y avait même une dame qui demandaient quand est-ce que Citroën allait la commercialiser. La DS à sa sortie était affublée des noms de "crapaud" et de "grenouille", pareil pour la 2 CV que de nombreuses personnes trouvaient hideuse. Et cela me semble normal, tant elles étaient dans leur genre des ovnis. Les afficionados de Peugeot et de la 403 contemporaine de la DS par exemple, ont dû recevoir un choc esthétique lors du salon 1955. Et aujourd'hui, certaines personnes, réagissent de la même façon devant Oli voire AMI si…

Me gusta
bottom of page