Jaguar Land Rover serait-il une bonne proie pour le Groupe PSA ?
Auto_728x90.jpg

Jaguar Land Rover serait-il une bonne proie pour le Groupe PSA ?


Depuis les résultats financiers 2018 du Groupe PSA et les déclarations de Carlos Tavares concernant l'esprit d'ouverture que le Groupe a en vue d'un éventuel partenariat avec d'autres constructeurs, les rumeurs vont bon train.


Dans une opération de drague à peine voilée lors du dernier salon de Genève, les rumeurs se sont concentrées sur les groupes PSA et FCA, les analystes arguant du fait que cette future alliance serait idéale. Le Groupe, par la voix de Carlos Tavares, a insisté sur le fait qu'aucune réelle discussion n'était engagée actuellement et que PSA restait ouvert d'esprit sans, spécifiquement, viser un constructeur.


Lors de la présentation de Citroën en Inde la semaine dernière, Carlos Tavares a été interrogé sur ces déclarations et rumeurs et en a profité pour déclarer que rien n'était fait avec qui que ce soit. Mais il a aussi déclaré que PSA pourrait être intéresser par Jaguar Land Rover en réaffirmant, pour autant, qu'aucune discussion n'était engagée.


PSA pourrait-il disposer de marques Premium au dessus de DS ? c'est la question posée à Carlos Tavares qui y répond simplement "Pourquoi pas? Pourquoi ne devrions-nous pas en discuter? Cela dépend du type de création de valeur que nous pourrions générer.". Même si le Groupe se concentre sur la deuxième phase de son plan Push to Pass, il est évident que, devant le retournement de situation effectuée chez Opel et la force financière qu'il dispose, le Groupe PSA est en mesure d'être chasseur plutôt que proie. Et, devant les incertitudes du marché automobile, des contraintes imposées sur les émissions, PSA ne peut rester sur ses seules 4 millions de voitures vendues.


Alors un partenariat PSA et Jaguar Land Rover (JLR) aurait-il du sens ? JLR traverse une mauvaise passe avec une baisse drastique de ses ventes et des pertes qui se creusent par rapport à l'année dernière. Cette situation ne fait pas peur à Carlos Tavares qui prend l'exemple d'Opel «Avec Opel, nous avons démontré que nous pouvions transformer une société qui était dans le rouge depuis 20 ans, en 12 mois. C'est donc quelque chose que nous savons faire. " avant d'ajouter "Nous n'avons pas d'objectif spécifique, mais s'il y a des opportunités, bien sûr, nous les étudierons. "


Il n'y aurait aucune concurrence entre les marques du Groupe PSA et celles de JLR, positionnées au dessus. Du point de vue géographique, JLR est présent en Amérique du Nord et en Chine (coentreprise avec Chery) et permettrait à PSA d'entrer plus facilement aux USA.


Enfin, les groupes PSA et Tata (propriétaire de JLR) se connaissent déjà bien puisque deux projets de voitures ont été étudié par le passé (en 2001 pour une 307 à coffre et en 20124 pour une plateforme commune, projets tous deux abandonnés pour cause de coûts trop élevés). Enfin, le Groupe PSA a passé un accord avec TCS (Filiale de Tata) pour le développement de sa gamme de produits C³ qui seront lancés en Inde puis ailleurs. Même si, pour le moment, Tata s'est toujours refusé à la vente de JLR, la possibilité d'une alliance avec PSA, dans un monde automobile plus difficile que jamais, pourrait-il les inciter à se laisser tenter ?



Passionnément Citroën - 2020 

Contact : passionnementcitroen1@gmail.com 

Clause de non-responsabilité de traduction

logo-passionDS.jpg
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon