Comparatif Citroën Grand C4 Spacetourer vs Renault Scénic

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Comparatif Citroën Grand C4 Spacetourer vs Renault Scénic



Avec son nouveau moteur essence, le Renault Grand Scénic revient dans la course des monospaces sept-places fonctionnant au carburant au sans-plomb. Mais face à un Citroën Grand C4 SpaceTourer toujours aussi agréable à vivre, son design et ses capacités dynamiques pourraient ne pas suffire à convaincre les familles.

Un couple confortable pour emmener familles et bagages, une consommation réduite pour sillonner la route des vacances, les transporteurs de troupes ont traditionnellement séduit avec un moteur diesel. Mais le désamour que subit ce carburant incite les constructeurs français – adeptes du mazout – à mettre le paquet pour développer des petits bloc essence performants et relativement sobres. PSA, et son très réussie 1.2 Puretech, ont largement convaincu. Il restait à Renault de proposer une motorisation plus réussie que le poussif et gourmand 1.2 TCe. C’est désormais chose faite avec ce nouveau 1.3 que l’on essaye ici dans sa version 140 ch. Développé en partenariat avec Mercedes, ce quatre-cylindre désormais installé sous le capot du Grand Scénic, permet au monospace au losange d’affronter plus sereinement un Grand C4 SpaceTourer (ne l’appelez plus Picasso) sacrément bien motorisé. Face à un Scénic ayant quelque peu cédé aux sirènes des SUV, le monospace aux Chevrons garde pour lui un esprit futé et accueillant qui saura séduire les familles.

1. Aspects pratiques :

Avec un design franchement dynamisé (lignes tendues, flancs galbés, roues de 20 pouces), le Renault Grand Scénic pourrait presque faire passer son rival du jour pour une camionnette soignée. Un Grand C4 SpaceTourer qui n’a plus que son regard à plusieurs étages comme pointe d’originalité. Il faut dire que le monospace au losange lorgne un peu plus du côté des SUV avec sa garde au sol plus importante et un aménagement intérieur nettement moins modulable.

Cela commence par un poste de pilotage et une position de conduite moins typé monospace. Le tableau de bord reprend place derrière le volant et la planche de bord imite celle des berlines de la gamme. Les rangements eux, sont toujours aussi nombreux comme ceux situés dans le plancher et dans la console centrale coulissante. Mention spéciale à la boîte à gant façon tiroir qui, même si elle peut buter sur les genoux du passager, a le mérite de proposer un volume conséquent.

En revanche, la modularité poussée des précédentes générations a été remisée au placard. Les trois sièges indépendants et démontables sont ici remplacés par une simple banquette fractionnable et coulissante sur 16 cm. Elle se replie au besoin dans le plancher, ce qui simplifie le maniement le maniement des sièges (surtout avec l’option One Touch qui permet de tout rabattre depuis les boutons situés dans le coffre). Un choix qui réduit les possibilités d’aménagements et le volume maximal de chargement. Autre grief, l’espace à bord est aussi en retrait par rapport à la précédente génération, malgré un gabarit en hausse (+ 7cm à 4,63 m). Quant aux deux strapontins supplémentaires, ils n’ont pas la même capacité d’accueil que le Grand C4 SpaceTourer. Le « Visiospace » comme l’aime à le qualifier la marque aux Chevrons, offre en effet un espace habitable nettement plus généreux et lumineux. Les rangements sont légion et la modularité toujours convaincante avec trois sièges indépendants et réglables dans tous les sens.

Le Space Tourer prend également les devant au niveau du volume de coffre, avec 645 dm3 disponibles, contre 533 pour le Scénic.

Classement aspects pratiques

1er : Citroën Grand C4 SpaceTourer 2e: Renault Grand Scénic

2. Équipement :

Equipé du 1.2 Puretech 130, le Grand C4 SpaceTourer est affiché à 28 100 € en finition intermédiaire Feel. De son côté, le Grand Scénic 1.3 TCE 140 Zen démarre à 28 900 €. Un écart de 800 € que le monospace au losange ne parvient pas à compenser en termes d’équipement. Les deux « offres » de série la climatisation auto bizone, le radar de recul, l’alerte de franchissement de ligne, les tablettes aviation, etc. En revanche, il faudra piocher dans la liste des options du Renault pour disposer du radar de stationnement AV (800 €), la navigation avec la reconnaissance de la signalisation (600 €) et les rétroviseurs rabattables électriquement (800 €). Autant d’équipement fournis d’office chez Citroën. Le Scénic de son côté réplique avec un siège passager rabattable, un accès et démarrage mains libres (400 €), des rideaux pare-soleil arrière (210 €) et un affichage tête haute, facturés ou même indisponibles chez son rival. L’avantage du Citroën reste conséquent : près de 1500 € à équipement équivalent.

Classement équipement :

1er : Citroën Grand C4 SpaceTourer 2e: Renault Grand Scénic

3. Budget :

Qu’il s’agisse du point de vue du prix catalogue ou de la richesse de l’équipement, le Renault Scénic est battu par un rival il est vrai moins fringuant et dénué de certains gadgets qu’il propose. Mais chez Citroën, le 1.2 Puretech 130 est aussi plus sobre (de presque un demi litre) et échappe au malus, quand le Scénic, avec ses 125 g de CO2, écope d’une taxe de 113 euros en 2018. Côte garantie, les deux français se marquent à la culotte avec une couverture de 24 mois sur un kilométrage illimité. Pertinent en équipement et bien placé en prix, le Grand C4 SpaceTourer, d’un âge plus avancé, sera également plus facilement remisé. Il ne reste qu’une valeur résiduelle plus importante pour le Grand Scénic (de quelque pourcent uniquement). Là encore, le Citroën est plus pertinent.

Classement budget :

1er : Citroën Grand C4 SpaceTourer 2e: Renault Grand Scénic

4. Sur la route : le Scénic reprend les devants

Malmené sur les chapitres de l’accueil et du budget, le Renault Grand Scénic reprend des couleurs dès qu’il s’agit de prendre la route. Autrement plus démonstratif que son rival, il se révèle particulièrement doué pour un modèle aussi long et haut sur patte. Un châssis bien né, doté d’un train avant plutôt vif qui saura ravir les papas sensibles à l’agrément de conduite. Pour ne rien gâcher, le niveau de confort est excellent, malgré la monte de 20 pouces obligatoire. Un fin travail réalisé sur l’amortissement permet en effet de préserver les vertèbres des occupants. Un domaine dans lequel le Citroën performe également, avec un excellent niveau de filtration. En revanche, ses réglages clairement orientés vers le confort ne lui permettent d’afficher la même agilité sur la route. Ses réactions sont toujours saines mais son comportement plus indolent incite moins à hausser le rythme. Mais n’est-ce pas finalement la philosophie à adopter pour une telle voiture ?

Malgré son cylindre en moins, sa puissance plus faible et son couple moins costaud, le 1.2 Puretech ravi toujours par sa disponibilité et son allonge. De son côté, le 1.3 TCe dans sa version 140 ch remplace très avantageusement l’ancien 1.2 de 130 ch. Le couple gagne presque 60 Nm et il est surtout disponible plus tôt. De quoi le rendre ce Grand Scénic plus alerte aux bas régimes et nettement plus silencieux (l’avantage ici de l’architecture à quatre-cylindre). Côté consommations, il se révèle être aussi un meilleur élève que celui qu’il remplace avec près d’un litre de carburant en moins tous les 100 km (environ 8l/100 km). Mais le Puretech, décidément brillant, est encore plus sobre, n’ayant siroté que 7,5 l/100 km sur un parcours identique mêlant ville, route et autoroute.

Classement sur route

1er ex aequo : Citroën Grand C4 SpaceTourer & Renault Grand Scénic

5. Bilan :

Monospace pur et dur, le Citroën Grand C4 SpaceTourer reste un excellent hôte. Spacieux, habitable, pratique et capable de se plier en quatre pour accueillir les familles, le modèle aux Chevrons reste un modèle du genre. Surtout face à un Scénic, plus sexy, mais finalement moins apte à remplir les tâches qui lui incombent. Si le Renault est plus attrayant à l’œil et sur la route, son moteur, certes plus recommandable que l’ancien, ne parvient pas encore à égaler l’excellent Puretech. Et son niveau de confort ne dépasse pas celui du Citroën. En bref, à moins de se laisser séduire par la ligne plus avenante et le comportement routier plus dynamique du Grand Scénic, le Grand C4 Space Tourer reste encore la proposition la plus pertinente de ce match.

Classement final

1er : Citroën Grand C4 SpaceTourer 2e: Renault Grand Scénic

Source : 

https://www.caradisiac.com/comparatif-renault-grand-scenic-1-3-tce-140-edc-vs-citroen-grand-c4-spacetourer-1-2-puretech-130-eat6-un-coeur-p-tit-comme-ca-169540.htm

Passionnément Citroën - 2020 

Contact : passionnementcitroen1@gmail.com 

Clause de non-responsabilité de traduction

logo-passionDS.jpg
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon