Pour DS, 2018 était le point de départ de son expansion

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Pour DS, 2018 était le point de départ de son expansion


Avec des ventes en hausse de 6.7% à 53 700 véhicules vendus, DS enraie son inexorable chute depuis 2015 et entrevoit 2019 avec de bonnes raisons d'espérer.


Le SUV haut de gamme DS7 vendu à près de 30 000 exemplaires en 2018 est le best seller de la gamme en attendant l'arrivée prochaine, en Mars, de son petit frère DS3 Crossback. Le DS7 Crossback, dont le panier moyen évolue aux alentours de 48 000 €, a pris la tête de sa catégorie en France dès le premier mois de commercialisation, performance somme toute notable dans un marché du premium en baisse partout en Europe et de 5% en France.


Pour Yves Bonnefont, « L’objectif de PSA avec DS est d’aller chercher de nouveaux clients et ça fonctionne. L’an passé, nous avons réalisé 60% des ventes en conquête». DS profites également de l'expansion de réseau avec 188 points de ventes ouvert l'année dernière dans 14 pays.



De gros espoirs avec le DS3 Crossback

Le petit SUV urbain présenté au dernier Salon de Paris et commercialisé à partir de Mars devrait permettre à la marque de décoller. «Ce sera le premier véhicule du segment B équipé d’un système de conduite autonome de niveau 2, le même que celui du DS7 crossback», précise Yves Bonnefont.


De plus, le DS3 Crossback proposera un dérivé 100% électrique baptisée E-Tense quelques mois après son lancement de quoi permettre à la marque d'envisager 2019 plus sereinement puisqu'elle ambitionne pas moins de 80 000 ventes pour le DS3 Crossback auxquels s'ajouteraient 40 000 DS7 Crossback proposé lui en version Hybride.