Plusieurs plans d'actions chocs pour PSA en Chine

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Plusieurs plans d'actions chocs pour PSA en Chine


Alors qu'en 2014, le Groupe PSA vendait plus de 730 000 voitures sur le marché chinois, faisant de lui son premier marché au monde devant la France, les ventes sont descendues à 262 600 véhicules à peine en 2018. La Chine ne représente que 7% des ventes du Groupe contre 25 % en 2014.


Cette baisse des ventes a un impact significatif sur les résultats des deux co-entreprises que le Groupe PSA dispose en Chine avec une perte de 604 millions d'€ en 2018, impactant les résultats du Groupe à hauteur de 302 millions d€. Et les perspectives pour 2019 s'annoncent pessimistes puisque le Groupe estime une contraction des ventes de 3% cette année.


Plusieurs plans d'actions chocs

Le Groupe PSA prévoit ainsi plusieurs plans d'actions chocs pour permettre de voir repartir à la hausse ses ventes alors que le Groupe dispose d'une capacité de production en Chine de 1.2 million d'unités et ne l'utilise qu'à hauteur de 30%.

Ainsi, pour répondre aux objectifs imposés par le gouvernement chinois concernant l'électrification, le Groupe s'apprête à distribuer la marque Fukang dont la technologie est basée sur Dongfeng. De plus, son réseau de concessionnaires, actuellement de 400, sera progressivement réduit avec un objectif de 250 concessions. Il faut dire que le réseau actuel est peu efficace et peu rentable, certaines concessions vendant à perte.


Le Groupe a également lancé une offensive dans les services comme la banque pour proposer des facilités de financement alors que le crédit est restreint, l'après vente avec la prise de contrôle de Jian Xin et les pièces de rechange avec l'entrée au capital de UAP auto union. Le Groupe PSA s'est aussi lancé sur le marché de l'occasion encore naissant ainsi que l'autopartage.


Le Groupe envisage également de lancer sur place la vente de véhicules utilitaires. Le Berlingo est ainsi proposé à la vente à Taiwan et Citroën envisage de lancer le Spacetourer qui pourrait, en même temps, être proposé comme monospace, segment dont le Groupe est totalement absent en Chine hors véhicules importés donc très taxés et non compétitifs.


Le Groupe s'attache également à modifier les hommes et l'organisation des deux co-entreprises pour lui permettre de fonctionner correctement. Carlos Tavares indiquant que les décisions sont lentes et non adaptées à la vivacité du marché. Le Groupe PSA a également nommé Massimo Roserba, qui dirigeait la filiale italienne, à la tête de DPCA en Chine.


Vers une redistribution des rôles avec Dongfeng

Alors que la Chine a décidé d'autoriser les entreprises étrangères à monter au capital des co-entreprises, jusqu'alors limité à 50%, le Groupe PSA se dit décider à continuer à investir sur place. Carlos Tavares déclare "On a envie de continuer à investir sur place, mais Dongfeng est actuellement moins solide financièrement que nous »

1,868 vues1 commentaire