Les émissions de CO2 repartent à la hausse

La dé-diésélisation est en marche un peu partout en Europe. Première conséquence directement visible, la remontée des émissions moyennes, à Paris comme à Londres ou à Berlin.

Faut-il surtout se préoccuper de pollution ou de l'effet de serre ? Malgré eux, les automobilistes d'Europe ont fait un choix l'an dernier : ils ont privilégié la lutte contre la pollution, au détriment des émissions de dioxyde de carbone (CO2). En témoigne le taux moyen d'émission des véhicules neufs vendus en 2017 en France : 110,9 g / CO2 / km, soit 0,6 g de plus qu'à pareille époque l'an dernier. Les statisticiens du ministère de l'Environnement observent en outre qu'en décembre, "les émissions moyennes de CO2 des voitures augmentent de 1,5 g, après une hausse de 1 g lors des deux derniers mois. Elles s'établissent à 113 g, soit un niveau qu'elles n'avaient plus atteint depuis janvier 2015."

Voilà pour la France. Mais le Royaume-Uni fait état d'une situation identique : 121 g d'émissions de CO2 en moyenne pour les VN anglais, un taux qui a grimpé de 0,8% en un an selon la SMMT, la société des constructeurs britanniques. Celle-ci fait remarquer que les émissions reprennent leur marche en avant après 19 années de baisse ininterrompue !

A Berlin enfin, le taux de CO2 des véhicules neufs est aussi remonté en 2017 : 127,9 g, soit +0,5 g eu égard à 2016...

L'anglais Mike Hawes, président du SMMT, livre l'explication qui vaut pour tout le monde : "Les diesels, en raison de leur meilleur rendement, émettent en moyenne 20% de CO2 de moins qu'un moteur équivalent à essence. Il est donc décevant de voir ces avancées gâchées par des réactions contre les diesels de dernière génération. La récente baisse de leurs ventes est la première cause de remontée des émissions de CO2" indique-t-il dans un communiqué.

Les ventes de VN à essence ont en effet progressé presque partout en Europe : +5,6 points de parts de marché en Allemagne, +3,1 points en France, etc. Seul "grand marché" d'Europe à ne pas avoir vu son taux d'émission de CO2 grimper l'an dernier, l'Italie : essence et diesel y ont perdu des parts de marché l'an dernier, en dépit d'une augmentation des immatriculations. L'énergie qui a le plus progressé en parts est le GPL, elle représente désormais 6,5% des ventes transalpines.

23 vues

Passionnément Citroën - 2020  - Nous contacter

Clause de non-responsabilité de traduction 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon