top of page

Les actualités Citroën 

Citroën vise 25% de ventes de voitures électriques en 2024



La nouvelle Citroën C3 électrique dans une teinte rouge

Thierry Koskas, directeur de Citroën, a annoncé un objectif ambitieux pour l'année prochaine : atteindre 25 % de ventes de véhicules électriques en Europe. Cette démarche s’inscrit dans une stratégie visant à éviter les lourdes pénalités imposées par l’Union Européenne en cas de non-respect des objectifs de réduction des émissions de CO2.


L'importance des objectifs de réduction des émissions de CO2

Les amendes CO2 peuvent représenter des sommes considérables pour les constructeurs automobiles qui ne respectent pas les objectifs fixés par Bruxelles. En effet, la Commission européenne impose une pénalité de 95 euros par gramme de CO2 excédentaire par kilomètre et par véhicule neuf immatriculé.

La réglementation européenne impose aux constructeurs automobiles de respecter des seuils stricts en matière d'émissions de CO2. Pour 2024, Citroën doit descendre à une moyenne de 93 grammes de CO2 par kilomètre. Thierry Koskas indique "Nous devons éviter ces amendes coûteuses. Nous devons descendre à 93 grammes de CO2 en moyenne au kilomètre pour les émissions l'an prochain. Ce qui nécessite donc d'augmenter la part de nos ventes en électrique à 25%. Sinon, c'est l'amende. Et nous ne voulons pas la payer."


Le défi des véhicules électriques

Cependant, vendre des véhicules électriques représente un défi de taille. Après une période de croissance rapide, les ventes de voitures électriques stagnent ou diminuent. En France, malgré le maintien des bonus écologiques, la part de marché de l’électrique reste bloquée à 17 % en mai 2024. En comparaison, cette part atteignait 20 % en novembre dernier et 21 % en décembre. À l'échelle européenne, la situation est similaire, avec une part de marché de l'électrique de 13,2 % sur les quatre premiers mois de l'année, identique à celle de l'année précédente.


Les disparités entre les pays européens sont frappantes : en avril 2024, la Norvège atteignait une électrification de 90 %, tandis que l’Allemagne restait à 12 %, et des pays comme l’Espagne et l’Italie affichaient des chiffres encore plus bas.


La marque compte sur la nouvelle C3

Pour atteindre ses objectifs, Citroën doit s’appuyer sur une gamme de modèles électriques performants et attractifs. Si, actuellement, la marque ne pouvait compter sur les C4 et Berlingo électriques, la nouvelle C3, déclinée en version électrique, joue un rôle crucial dans cette stratégie. En effet, avec un prix de départ fixé à 23 300e, hors aides gouvernementales, la nouvelle ë-C3 se montre très nettement moins chère que le prix moyen des voitures électriques constatées en Europe en 2023 et qui se situe entre 35 et 40 000€. En étant aussi accessible, la nouvelle C3 électrique vise un volume de ventes important et la marque ne s'y trompe pas puisqu'elle a l'objectif que la ë-C3 représente 33% des ventes de la C3 en Europe et jusqu'à 50% en France. En fin d'année, la marque pourra aussi compter sur une version électrique du C3 Aircross qui proposera une autonomie de 300 km ainsi que, peut-être, une version grande autonomie portée à 400 km.

Quoiqu'il en soit, l'acceptation de ces modèles par les consommateurs européens déterminera en grande partie la réussite de la marque dans cette transition vers l'électrique imposée par le régulateur mais qui, dans les faits, entame quelques difficultés.


En conclusion, Citroën s’engage résolument vers une augmentation significative de ses ventes de véhicules électriques en 2024 pour répondre aux exigences européennes de réduction des émissions de CO2. Cette transition, bien que complexe, est essentielle pour éviter les pénalités et pour positionner la marque comme un acteur majeur de la mobilité durable en Europe qu'elle souhaite rendre le plus accessible possible avec des prix de vente très attractifs. La route est encore longue, mais les efforts de Citroën montrent une détermination à s’adapter aux évolutions du marché automobile et aux attentes écologiques de demain.

444 vues15 commentaires

15 comentarios


good luck with that :


https://www.reuters.com/business/autos-transportation/ev-battery-maker-acc-halts-german-factory-delays-italy-plant-2024-06-04/


Au total, il envisage d'investir sept milliards d'euros dans ces deux usines et dans la construction d'une usine déjà opérationnelle dans le nord de la France, rapporte le site Automotive News Europe. Cet investissement était censé ouvrir la voie aux principaux constructeurs automobiles européens pour produire, par exemple, des batteries lithium-fer-phosphate moins chères. Ceux-ci devraient par la suite leur permettre de proposer un modèle électrique plus abordable avec un tarif d'une vingtaine de mille euros. ACC avait initialement prévu que l'usine allemande, conçue pour deux mille travailleurs, commencerait sa production en 2025 et produirait des batteries d'une capacité totale de quarante gigawattheures par an. Une telle quantité de batteries était censée être utilisée dans environ six…


Me gusta
Contestando a

Citroën utilise justement des batteries LFP pour la nouvelle C3.


La question reste tout de même celle de la tenue dans le temps de ce type de batteries. Soyons optimiste, les batteries lithium en offre bien plus qu'attendu.


Mais quid du recyclage et de la durée de vie des automobiles électriques ? Nous manquons encore de recul et je pense que c'est une composante importante de déclenchement de l'achat d'un véhicule électrique alors que tout le monde ne peut pas acheter du neuf ou prendre le risque de passer par la LOA. Car ce risque c'est celui de se retrouver à pied.

Et l'homme s'est battu pendant des siècles pour sa liberté individuelle. Nous connaissons une véritable régression du point…


Me gusta

Écologie punitive. Comme toujours. Sanctions, pénalités, taxes....Vive l'Europe !

Me gusta
Contestando a

Ce n'es pas l'Europe, ce sont les politiques européens alliés aux verts qui ont posé ces interdictions pour faire plaisir à ces comiques, exactement comme en Allemagne ils ont t fait fermer les centrales nucléaires au nom de l'écologie... et l'Allemagne nous envoie ses fumées de charbon et de lignites.

Me gusta

Et si les consommateurs veulent acheter dans les concessions une voiture non électrique , on leur met un pistolet sur la tampe pour qu'ils achètent une voiture électrique qu'ils ne veulent pas.... Pour pas que le constructeur est une amende...

Me gusta

Citrofan
Citrofan
05 jun

Voilà la façon d’agir de dirigeants qui impose leur façon de voir ( on de se remplir les poches)

On sait que l’électrique ne séduit pas alors on met un pistolet sur la tempe des constructeurs

Je sais l’agrément d’une électrique j’en étais fan il y a 24 ans mais aujourd’hui je sais que ce n’est pas une solution écologique ni pérenne

Me gusta
Contestando a

Tout à fait d’accord avec vous. Je pense que c’est une solution émergeante et que comme toute technologie émergeante ce sont les précurseurs qui en font les frais. L’Europe a mis la charrue avant les bœufs, tout les impacts de cette migration n’ayant été pris en compte. Quand au bilan écologique il y a beaucoup à dire. En attendant la porte est grande ouverte aux chinois qui sont prêts à inonder l’Europe de leur surplus qui aussitôt vendus seront obsolètes.

Me gusta

Citroën inclut-il également les PHEV dans cet objectif de 25 % ? Si l’objectif est de réduire les amendes dues aux émissions de CO2, ce sont de bons véhicules.


Au fait, y a-t-il des nouvelles du nouveau C5 Aircross ?


Si le remplacement de l'actuelle C5 AC prend beaucoup de retard, celle que l'on connaît déjà pourra-t-elle embarquer le nouveau système PHEV de 195 ch du nouveau Peugeot 3008 ?

Me gusta
Contestando a

A partir du moment où la moyenne à atteindre est de 93 grammes de CO2, tout véhicule qui ne dépasse pas ce taux maxi est dans les clous. Mais il existe très peu de véhicules hybrides qui peuvent respecter ce taux maxi, en dehors des hybrides rechargeables (ou plug in) car l'homologation met l'accent sur l'usage en 100% électrique. Mais en 2025, le calcul d'homologation devrait changer, conduisant à doubler leur taux de rejet actuel.

Me gusta
bottom of page