WRC - Sébastien Ogier nous parle du Monte Carlo



Le sextuple champion du monde de la spécialité raconte sa relation particulière à la classique monégasque en quelques questions.

Ta spéciale favorite ? « J’ai souvent aimé Col du Perty – Col Saint Jean, et si cette année on ne la parcourt plus dans la configuration habituelle, l’ES qui arrive à Laborel, déjà courue l’an passé sous une grosse pluie, devrait être encore une belle spéciale.»

Ton meilleur souvenir ? « Question difficile, parce que j’en ai plusieurs. Je citerai quand même la première fois que je l’ai remporté en 2009, car c’était ma première grande victoire internationale. »

Ton pire souvenir ? « En 2012, avec la S2000, on était en train de réaliser une « perf » assez exceptionnelle en occupant la 6e place au milieu des WRC, mais c’était sans doute peut-être un peu trop, vu le gros crash qui a mis fin à notre course ! »

Le « spot spectateurs » que tu conseilles ? « Dans l’ES de St Léger les Mélèzes, l’arrivée est toujours sympa, à condition évidemment de se placer dans les zones autorisées et d’écouter les consignes des commissaires. Il y a des passages ultra rapides et spectaculaires, car on y arrive généralement avec des pneus typés neige, alors que là c’est toujours plutôt sec. »

Le moment du rallye que tu préfères ? « Quand on monte sur le podium final devant le palais princier ! Il y a au Monte-Carlo cette atmosphère particulière de premier rallye du championnat. Puis souvent, c’est une course tellement compliquée que le sentiment de satisfaction à l’arrivée quand tu parviens à l’emporter, est peut-être décuplé. Mais ce sont quand même les sensations dans la voiture qui restent les plus sympas. Surtout quand tu prends le départ d’un chrono, en sachant que tu as les bons pneus pour t’exprimer, car ce n’est pas toujours les cas. »

Tu es plutôt asphalte sec, mouillé, verglacé ou enneigé ? « J’aime bien quand c’est un peu mixte, avec des changements d’adhérence, de rythme à adopter, car c’est là que tu arrives vraiment à faire des différences. »


SECRETS DE ROUGES Alors équipage Citroën Racing en WRC, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia avaient découvert le Monte-Carlo en 2009, dans le cadre de l’IRC, sur une Peugeot 207 S2000. Une pige couronnée de succès ! Julien Ingrassia se souvient…

« On avait remporté une sélection sur dossier de BFGoodrich qui permettait à un pilote de courir son épreuve nationale de l’IRC. On venait d’être champions du monde Juniors, mais ce n’était encore que les balbutiements de notre carrière. Aussi, on avait misé sur la régularité, avant de monter en régime progressivement et de signer notre unique scratch du week-end sur la neige dans Montauban sur l’Ouvèze – Eygalayes, pour prendre les commandes de la course. On avait doublé Freddy Loix, rétro contre rétro, au début de la montée du Col Saint Jean, peu après le village de Laborel, c’est quand même peu courant en rallye ! Mais il fallait encore passer le fameux Turini de nuit et je nous revois réaliser dans la nuit noire à Lucéram que l’on venait de remporter notre première victoire internationale ! Le travail n’étant pas fini pour le copilote, ce n’est que plus tard que j’ai vraiment savouré, lorsque j’ai pris conscience qu’un ou deux ans auparavant, je n’étais encore que spectateur avec les potes, à dormir la nuit dans la voiture, dans ces mêmes ES ! »

Passionnément Citroën - 2020  - Nous contacter

Clause de non-responsabilité de traduction 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon