WRC - Rallye de Sardaigne : Journée catastrophe pour Citroën

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

WRC - Rallye de Sardaigne : Journée catastrophe pour Citroën



Avec Sébastien Ogier – Julien Ingrassia, prématurément éliminés dans une sortie de route, et Esapekka Lappi – Janne Ferm, ralentis par plusieurs soucis, Citroën Total World Rally Team a connu une étape inaugurale particulièrement difficile sur l’île transalpine.

Avec une vitesse moyenne d’à peine quelque 80 km/h, cette première journée de course, particulièrement lente et technique, s’annonçait extrêmement éprouvante pour les hommes et les mécaniques, d’autant que la Sardaigne voyait le mercure flirter avec des températures harassantes en ce vendredi.

Sur un terrain mettant les gommes à très rude épreuve par endroits, une bonne gestion des pneumatiques pouvait donc se révéler déterminante, et Sébastien Ogier comptait sur sa maîtrise en la matière, pour tenter de compenser une partie de son important handicap d’avoir à ouvrir la piste sur ce terrain très meuble. Après s’être emparés du meilleur temps de la spéciale d’ouverture d’hier, Sébastien et Julien Ingrassia, son copilote, concédaient inexorablement du temps aujourd’hui en raison d’un balayage massif, malgré un choix avisé (3 Michelin durs, 2 médiums) pour la boucle matinale et une attaque de tous les instants. Ils pointaient au 9e rang, lorsqu’ils commettaient l’une de leurs très rares erreurs en tapant un gros rocher à l’intérieur d’un virage à gauche. L’abandon se révélait inéluctable. Ils repartiront demain en Rally 2, dans le but de réaliser une séance d’essais grandeur nature.

Montant progressivement en puissance, Esapekka Lappi et Janne Ferm étaient quant à eux sixièmes après l’ES 3, lorsqu’une crevaison les ralentissait (ES 4). Les Finlandais s’attachaient dès lors à refaire leur retard, en atteste le scratch réalisé dès la spéciale suivante. Ils étaient hélas freinés dans leur remontée par un souci de capteur dès la reprise des hostilités l’après-midi (ES 6), puis par la neutralisation du chrono suivant, mais n’en réalisaient pas moins un 3e(ES 8), puis un 2etemps à seulement un dixième du scratch (ES 9), pour conclure la journée en 8eposition. Avec toutefois peu de concurrents s’élançant devant eux demain, ils devront malheureusement composer avec un niveau d’adhérence inférieur à celui des concurrents qu’ils essaient désormais de rattraper.

La journée de samedi verra les concurrents s’attaquer à la plus longue étape du week-end, avec 142,42 km chronométrés et notamment les deux longues ES de Monti di Ala’ (28,21 km) et Monte Lerno (28,03 km), sur un profil de routes plus rapides.



RÉACTIONS DE…

Pierre Budar, Directeur de Citroën Racing

« C’est clairement une journée décevante pour nous, avec la perte prématurée de Sébastien et Julien sur cette erreur, mais nous ne pouvons évidemment pas leur jeter la pierre tant ils sont peu coutumiers du fait. Ils faisaient preuve encore une fois d’une impressionnante combativité, pour essayer de composer avec le handicap d’avoir à ouvrir. Ils vont désormais s’attacher à mener des tests, afin d’emmagasiner de précieuses informations pour l’avenir. Esapekka et Janne ont également connu une journée agitée mais je retiens qu’ils ont fini la journée sur une bonne note en démontrant la compétitivité de C3 WRC sur ce terrain dès lors que les conditions le permettaient. »

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

« Cet abandon est clairement de ma faute. J’ai pris trop corde dans un gauche très serré et j’ai tapé un gros rocher à l’intérieur, qui a aussitôt cassé une biellette de direction. Je savais exactement qu’il y avait ce rocher à cet endroit-là, on était passés trois fois par là au shakedown mais peut-être ai-je braqué un poil tôt sur ce léger ciel un peu en aveugle. On a essayé d’effectuer une réparation de fortune, mais faute d’y être parvenus, on n’avait pas d’autre choix que celui d’abandonner. Désormais, nous n’avons plus grand-chose à espérer de ce week-end. Je pense que l’on a aucune chance de marquer cinq points dans la Power Stage en s’élançant devant, sur un terrain particulièrement sablonneux, aussi nous allons observer ce que font nos rivaux. »

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

« Nous avons effectué une étape en dents de scie, entre ma crevaison et ce problème de capteur qui nous a privé du boost moteur, et nous avons éprouvé des difficultés à mettre tout bout à bout. Mais elle s’est mieux terminée que ce qu’elle avait commencé. Hélas, sur la terre, la première journée s’avère toujours déterminante, et la nôtre ne nous permettra pas de bénéficier d’un ordre de départs intéressant demain. Il va falloir d’avantage compter sur l’endurance pour espérer remonter. »

Passionnément Citroën - 2020 

Contact : passionnementcitroen1@gmail.com 

Clause de non-responsabilité de traduction

logo-passionDS.jpg
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon