top of page

Les actualités Citroën 

Stellantis présente une batterie révolutionnaire pour véhicules électriques


image de la batterie révolutionnaire ibis de Stellantis et Saft

Si le groupe Stellantis n'a pas été le premier engagé sur le chemin de la transition énergétique, il en prend aujourd'hui la voie avec l'objectif de ne proposer que des voitures électriques en Europe d'ici 2030 et se donnent les moyens pour parvenir à proposer des véhicules électriques performants avec quatre nouvelles plateformes et plusieurs moteurs conçus en interne. Mais le groupe est engagé également dans les batteries et présente IBIS, une batterie révolutionnaire, conçue avec Saft.

Après quatre années de conception, de modélisation et de simulation, une équipe de vingt-cinq personnes, ingénieurs et chercheurs du CNRS, de Stellantis et de Saft, dévoile ce jour un prototype innovant de batterie de stockage d’énergie intégrant les fonctions d’onduleur et de chargeur. Cette intégration permet de créer une batterie plus efficace, qui améliore l’autonomie des véhicules électriques à batterie et qui est plus fiable et moins coûteuse. Cela libère aussi de la place dans le véhicule.

Le projet de recherche collaborative est connu sous le nom de IBIS, ‘Intelligent Battery Integrated System ’ (Système intégré de batterie intelligente). Un démonstrateur stationnaire, opérationnel depuis l’été 2022, fait l’objet de nombreux brevets et marque une rupture majeure par rapport aux systèmes de conversion d’énergie électrique actuellement utilisés. Le projet a permis de valider de nombreux nouveaux concepts techniques et de maîtriser leur contrôle et leur fonctionnement en vue d’applications automobiles ou stationnaires.

Dans le domaine de l’électromobilité, le projet IBIS est sur le point de réaliser un véritable changement de paradigme dans la conception des groupes motopropulseurs électriques. Avec IBIS, les cartes de conversion électroniques qui exécutent les fonctions d’onduleur de puissance et de chargeur sont montées aussi près que possible des cellules lithium-ion. Un système de contrôle sophistiqué permet de produire un courant alternatif pour un moteur électrique, directement à partir de la batterie.

Les partenaires du projet IBIS se concentrent maintenant sur la construction d’un prototype de véhicule entièrement fonctionnel qui sera testé sur les bancs de développement Stellantis et les pistes d’essai ainsi que sur les routes ouvertes. L’équipe du projet IBIS compte mettre cette technologie à disposition sur les véhicules des marques Stellantis avant la fin de cette décennie.


Ned Curic, Chief Engineering & Technology Officer de Stellantis déclare « Notre parcours vers l’électrification est alimenté par l’innovation et l’excellence en recherche qui utilisent les dernières technologies pour répondre aux besoins réels de nos clients de véhicules électriques, comme l’autonomie, l’habitabilité et le caractère abordable, tout en réduisant l’empreinte carbone en améliorant l’efficacité. Ce système de batterie révolutionnaire pourrait marquer une étape décisive dans l’engagement de Stellantis à fournir une technologie utile, facile et avancée pour tous. »


En développant une technologie efficace et rentable, le projet IBIS offre la possibilité de réduire le poids et le coût de la motorisation et de la fabrication de véhicules électriques, tout en offrant un grand nombre de nouvelles fonctionnalités.

Dans le domaine du stockage d’énergie stationnaire pour les réseaux électriques et de l’intégration des énergies renouvelables, Saft, partenaire du projet, sera en mesure d’offrir des installations clés en main avec une meilleure disponibilité des batteries, une utilisation optimisée de l’énergie installée et une empreinte plus réduite. L’architecture intrinsèque de la batterie IBIS simplifiera l’entretien et la mise à niveau de l’installation et réduira l’empreinte carbone du site.

La combinaison des solutions de batteries utilisées pour les véhicules électriques, et le stockage stationnaire améliore la compétitivité des deux offres grâce aux effets de volume sur les marchés en croissance.


Cédric Duclos, Directeur Général de Saft déclare « Saft est au cœur de l’innovation en matière de batteries industrielles depuis plus de 100 ans. Pionniers dans ce domaine de pointe, nos chercheurs sont en mesure de mener des programmes de recherche comme IBIS à long terme. Nous nous réjouissons de cette collaboration avec d’autres partenaires reconnus dans ce domaine d’expertise, sur ce projet innovant visant à révolutionner la mobilité électrique et le stockage d’énergie stationnaire »


Le projet IBIS est financé par le Plan d’Investissement du Futur (France 2030), administré par l’ADEME (Agence de gestion de l’environnement et de l’énergie) et coordonné par Stellantis. Il réunit les partenaires industriels Saft (Groupe TotalEnergies), E2CAD et Sherpa Engineering, ainsi que les laboratoires de recherche du CNRS (GeePs, SATIE, LEPMI) et l’Institut Lafayette.

1 311 vues14 commentaires

14 Comments


EN matière de nouvelles techniques, quand ce sont ceux qui fabriquent qui annoncent et pas des chercheurs, je suis comme saint Thomas, je crois ce que je vois, donc, quand j'aurais vu ces batteries miracle en situation, je constaterais. Pour l'instant, je vois bien que les voitures électriques sont très efficaces en ville en raison du temps passé à l'arrêt grâce aux décisions de nos politiques très souvent, et de la récupération d'énergie; en revanche, je vois très bien que les voitures électriques sur voies rapides et autoroutes ont une autonomie très loin des chiffres WLTP, même un partisan des véhicules électriques propriétaire d'un Tesla model 3 grande autonomie reconnait que sur autoroute, il s'arrête toutes les 2heures 2heures 3…

Like

Christian Brochard
Christian Brochard
Jul 29, 2023

Ah j'oubliais un élément important, c'est la fabrication des véhicules thermiques sur les marchés occidentaux et non la vente. Tout le parc existant ne disparaissant pas par un coup de baguette magique. En 2050 il y aura encore de nombreux véhicules de ce genre, ce qu'il risque de ce passer c' est la fin du carburant bon marché, car ce que l'on trouve cher aujourd'hui,- moins de 2€, ne sera plus qu'un lointain souvenir.

Like
Replying to

Monsieur Brochard,

Pour les réserves déjà connues, il reste pour plus d'une cinquantaine d'années de pétrole, une soixantaine pour le gaz et une centaine pour l'uranium, et oui, et si tout le monde s'y met, même l'uranium, ça ne va pas durer, d'où viendra l'électricité des voitures et l'énergie pour les fabriquer?

. Ces chiffres sont basés sur les réserves connues, mais on n'a pas forcément tout découvert.

Like

françois A
françois A
Jul 29, 2023

Ce qui confirme qu il est urgent d attendre.... écologiquement parlant il n y que le rejet de co2 sur le lieu d utilisation mais pas de fabrication qui paraît" défendable' l Europe a cédé trop rapidement à des lobbies de dérangés ,sortir trop rapidement les thermiques de la route est idiot


Like
Replying to

idiot et pas du tout écologique, détruire des véhicules thermiques avant leur fin de vie c'est gaspiller le CO2 émis pour les construire et en émettre encore pour les recycler car dans le langage courant on fait passer pour écologique le fait de recycler, mais pour recycler, outre les déchets ultimes, il faut de l'énergie, et beaucoup d'énergie. Un véhicule électrique nécessite moitié plus d'émission de CO2 pour sa fabrication qu'un thermique, mais les européens ont décidé de se mettre sous la coupe des technocrates de bureau don tm Brochard inconnu répète les arguments, donc on y va gaiement, si on leur donnait la gestion du Sahara au bout de 10 ans, ils importeraient du sable, mais c'est comme ça,…

Like

Christian Brochard
Christian Brochard
Jul 28, 2023

Les deux points les plus épineux des batteries sont leurs rapidités de charge et surtout leurs autonomies variables en fonction de la température extérieure. Sur une batterie fixe l'un et l'autre sont facile à réaliser, mais dans un véhicule mobile, elles sacrifient une partie de leurs capacités à se maintenir dans les meilleures conditions de températures, et ce pour les extrêmes de cette variable. Résultat, par temps très chaud ou très froid la perte en km parcourus peux être énorme.

Les plus grosses évolutions seraient donc la rapidité de charge et une autonomie constante. A priori, il n'en est pas question.

Le premier qui trouvera aura gagné la bataille.

Ne pas oublier également que ce sont des projet a J…

Like
Christian Brochard
Christian Brochard
Jul 29, 2023
Replying to

Beaucoup moins lorsqu'elles seront fabriquées en Europe, le lithium, nous en avons sur les territoires et les futures seront sans graphite, nickel ou cobalt, et même aujourd'hui elle le sont moins, bien qu'elles viennent de Chine, en comparaison à la chaîne complète d'extraction du brut classique, ou pire du sable bitumeux, jusqu'à notre réservoir de voiture. De plus, les Batterie sont recyclables à 90 % puisque les matériaux utilisés sont des minéraux.

Les déchets d'une batterie de 250 kg recycler ne représentent que 25 kg, alors que le pétrole, l'éthanol ou le gaz une fois consommés et brûlés, il n'y a rien à récupérer. Aujourd'hui, le seul élément du circuit d'échappement qui est recyclable est le pot catalytique qui contient…

Like

J'aime cette la phrase "Ce système de batterie révolutionnaire pourrait marquer une étape décisive dans l’engagement de Stellantis à fournir une technologie utile, facile et avancée pour tous».

Si la promesse sera tenue, ce sera un gage de plus d'indépendance vis à vis du dragon chinois. J'ai lu récemment que les futures Audi électriques auraient des motorisations chinoises. C'est sans doute pour se protéger du retournement du marché là-bas, au profit des constructeurs majeurs nationaux, qui est sans doute à l'origine de cette décision. Oui, je peux la comprendre, mais à continuer de pactiser avec le "diable", arrive le moment, où le montant de la rançon est à verser. Et quid de l'indépendance du constructeur "sino-germanique"? Le chemin pris par…

Like
bottom of page