Les actualités Citroën 

PSA : Et si Opel devenait une marque de sportive électrique ?



Le constructeur allemand Opel tente de revenir en force. Nouveaux modèles en préparation, synergie avec les cousins français, notamment dans le segment des SUV… La marque à l’éclair, propriété du groupe PSA Peugeot-Citroën-DS depuis 2017, nourrit de grandes ambitions. Avec l’apparition d’une nouvelle génération d’automobiles, PSA pourrait même faire le choix de transformer Opel en une marque dédiée aux automobiles sportives électriques.

Le groupe PSA, c’est la marque emblématique Peugeot, qui tente de monter en gamme depuis quelques années avec un certain succès commercial, notamment grâce à ses SUV comme le Peugeot 3008. C’est aussi la marque DS, qui se voit en BMW à la française et Citroën, plus populaire. Et Opel dans tout ça ? Jusque là, le créneau de la marque de Rüsselsheim était le même que celui de Peugeot : un constructeur généraliste proposant des modèles pour le grand public et s’orientant (doucement) vers le premium. Mais pour une raison évidente de positionnement, PSA pourrait transformer en profondeur Opel.

PSA est absent de plusieurs grands secteurs de l’industrie automobile, contrairement à son rival de toujours, le groupe Renault. En effet, PSA ne dispose pas de marque low cost, alors que Renault détient le roumain Dacia, dont le succès commercial ne se dément pas. De la même manière, le groupe sochalien n’a pas de filiale spécialisée dans la voiture de sport, quand Renault a fait renaître Alpine de ses cendres avec une reprise de la production en 2017 et - là encore -, un grand succès commercial et d’image. Enfin, Renault est très en avance sur le créneau des voitures électriques. Plus de 100.000 exemplaires de la Zoe ont en effet été écoulés.

On imagine mal Opel devenir le Dacia du groupe PSA. Reste alors le créneau des sportives - pourquoi pas électriques. D’autant que depuis quelques mois, la marque à l’éclair multiplie les communiqués de presse mettant en avant le glorieux passé en compétition de ses véhicules et sa volonté de s’orienter vers l’électrification de tous ses modèles. Le groupe PSA a même un plan, qu’il a baptisé “Pace”. Les objectifs sont nombreux : retour à la rentabilité d’ici 2020 (c’est déjà fait !), augmentation de la marge opérationnelle courante à 2%, virage vers l’électrification .

Pour parvenir à atteindre ses objectifs ambitieux, PSA compte s’appuyer sur l’histoire de la marque Opel et sur son savoir-faire industriel. Car Opel, c’est 156 ans d’existence industrielle dont 120 dédiés à l’ingénierie automobile (à ses débuts, la société était spécialisée dans la mécanique de précision). “Il s’agit de garder les meilleures qualités traditionnelles de l’Allemagne – l’excellence technique, une véritable passion pour les outils bien fabriqués, le souci constant de la fonctionnalité, la qualité et la fiabilité – et de les enrichir d’un peu de chaleur et d’ouverture d’esprit. Inspiré par l’esprit d’innovation d’Opel”, explique le constructeur.

Une marque sportive depuis toujours

Fin août, venus d’Australie, de Belgique ou même des Philippines, plus de deux douzaines d’amateurs de la célèbre Opel GT se sont retrouvés pour un road trip dans le sud-ouest des États-Unis afin de célébrer le 50ème anniversaire de l’emblématique voiture de sport. Bien sûr, Opel en a profité pour communiquer sur cet évènement et rappeler le passé sportif de la marque. Le constructeur possède même une filiale dédiée à la promotion et au développement du sport automobile, baptisé Opel Performance Center (OPC).

Il y a 90 ans, Opel inaugurait la première voiture-fusée, un concept repris récemment par Elon Musk qu’il compte adapter à la nouvelle génération de la Tesla Roadster. L'Opel Rak 2 était une voiture de course futuriste avec des ailerons latéraux. Le premier à tester ce bolide hors normes a été Fritz von Opel, 29 ans à l’époque, le petit-fils du fondateur de la société Adam Opel. L’engin diabolique disposait de 24 mini-fusées à poudre.

Opel, c’est aussi un succès commercial de voitures sportives grand public. On se souvient de l’Opel Calibra, un grand coupé sportif né en 1990 et écoulé à plus de 238.000 exemplaires en seulement sept ans de commercialisation. La même décennie, la firme à l’éclair sortait le petit coupé sportif Tigra. Là encore, un véritable succès commercial, qui s’est essoufflé au début des années 2000, malgré l’évolution du modèle en cabriolet (la Tigra Twin Top). Depuis, Opel a tenté de conserver des modèles sportifs, non pas avec des véhicules spécifiques, mais avec des versions survitaminées de modèles existants, comme avec l'Astra GTC, l'Insigna Grand Sport ou la petite Corsa GSI.

Et demain ?

Opel présentait il y a quelques jours sa vision du futur, avec l’Opel GTX Experimental, une sorte de SUV coupé à l’allure sportive, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo à la suite de ce paragraphe. Le constructeur explique qu’il s’agit là d’un “aperçu de ce que seront les Opel au milieu des années 2020 : un caractère bien affirmé, un design très pur, mais au-dessus de tout, des voitures abordables ayant le souci du client.”

Opel annonce l’arrivée d’ici deux ans de quatre nouveaux produits, dont le SUV Grandland X hybride rechargeable et la nouvelle génération de Corsa disponible dans une version électrique. Tous les nouveaux véhicules Opel seront conçus par le centre de recherche et développement historique de Rüsselsheim, qui deviendra un centre de compétences global pour l’ensemble du groupe. Les premiers domaines d’expertise ont été identifiés par PSA comme le développement de la pile à combustible et certaines technologies dédiées à la conduite autonome. Opel, le futur Tesla du groupe PSA ? L’avenir nous le dira !


Source :

https://www.capital.fr/entreprises-marches/et-si-opel-devenait-la-marque-de-voitures-de-sport-electriques-de-psa-1304899

166 vues1 commentaire

Passionnément Citroën - 2020  - Nous contacter

Clause de non-responsabilité de traduction 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon