Mon essai du Citroën Berlingo 1,2 PureTech 110 - partie 2 : L'essai routier

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Mon essai du Citroën Berlingo 1,2 PureTech 110 - partie 2 : L'essai routier



Après un premier article sur la découverte de la voiture et mon ressenti sur cette nouvelle génération de Berlingo, voici le temps de l'essai effectué en région parisienne sur un parcours d'environ 150 kilomètres à bord du Citroën Berlingo équipé du moteur 1,2 Pure Tech 110 en finirion FEEL.

Parcouru sur des routes départementales essentiellement avec un peu de ville, l'esai de ce Citroën Berlingo met en avant sa principale qualité : Le confort. Dès les premières centaines de mètres, pourtant effectués sur un terrain plein de cailloux et pas parfaitement plan, le Berlingo épate d'entrée de jeu. Son confort est absolument incroyable. Et ce pour plusieurs raisons :

  • La filtration des suspensions est royale alors qu'il n'a pas les butées hydrauliques progressives. Les secousses de la route sont toujours ressenties mais tellement bien filtrées qu'elles sont loin d'être insupportable.

  • L'insonorisation est au meilleure niveau. Aucun bruit ne vient perturber l'habitacle, les bruits d'air sont parfaitement maitrisés. Les bruits de roulement se font également oublier et ce quelque soit le profil de la route. Les vibrations du 1,2 Puretech ont quasiment disparu alors que, traditionnellement, les trois cylindres vibrent davantage. Ici, dans ce Berlingo, le moteur se fait oublier et extrêmement discret.

  • Citroën maîtrise la conception des sièges et ce Berlingo ne déroge pas à la règle. Certes, ils sont plus durs que ceux du Cactus ou du C5 Aircross puisqu'ils ne possèdent pas cette mousse supérieure spécifique mais ces sièges sont très confortables. On s'y sent bien tout de suite en étant bien calé, la position de conduite peut être réglée au millimètre avec tous les réglages possibles du siège comme de la direction.


1. En ville :

En empruntant des routes pour le moins étroites, ce Berlingo étonne à plus d'un titre . Tout d'abord, malgré des dimensions généreuses (4,40m en longueur, 1,84m de largeur et 1,84m de hauteur), le Berlingo ne pose aucun problème pour circuler en villeet passe littéralement partout. La direction sait se faire douce et permet de diriger le Berlingo facilement et simplement sans avoir à souffrir d'une direction trop lourde.

Sa maniabilité est excellente, le Berlingo braque court et sait se faufiler dans les plus petites ruelles sans poser de problèmes. Il faut dire qu'avec la multitide d'aides en tous genres, le Berlingo se plie en quatre pour faciliter la vie de son conducteur. La caméra de recul avec vision 360 est d'une utilité précieuse même si la qualité de la caméra n'est pas au top niveau. Les radars avant, arrière couplés à ceux situés sur le côté font bien leur job et signalent tout danger sur l'écran central.

Tout cela se fait dans un confort de premier ordre. J'ai l'habitude de dire des dernières Citroën qu'elles sont une bulle, un cocon protégé de l'extérieur et ce Berlingo ne déroge pas à la règle.


2.Sur les routes de campagne :

Testé sur une longue portion de routes départementales, le nouveau Berlingo fait étalage de ses talents avec un confort au dessus du lot, une insonorisation toujours performante et un contenu technologique à la pointe.

Seul le moteur 1,2 Puretech de 110 chevaux peut se montrer un peu faible. Non pas qu'il ne soit pas performant mais il n'est pas démonstratif, il semble comme étouffé. Il faut monter dans les tours pour que la puissance arrive et, alors, les performances sont largement satisfaisantes. Ceci dit, dans le cadre d'une utilisation quotidienne et familiale, le moteur 1,2 puretch est totalement satisfaisant, il ne faudra pas avoir une conduite sportive qui n'est, de toutes façons, pas l'utilité première de ce Berlingo. Pour autant, en conduite dynamique et sur des virages pris parfois au court de forts freinages, la tenur de route est imperturbable et le Berlingo ne bronche pas et ne malmène pas ses occupants alors même que son centre de gravité plus élevé pourrait l'y contraindre. Preuve, s'il en fallait une, des excellentes prédispositions de ce nouveau Berlingo. 


3. Conclusion :

J'ai attendu quelques jours pour écrire cet essai histoire que ce n'est pas la passion ou l'exclusivité du moment qui guide mes mots mais force est de constater que j'ai été absolument épaté par ce Berlingo. Comme je l'ai dit lors de la partie 1, je ne m'attendais pas à grand chose avec le Berlingo et je suis totalement convaincu.


En conlusion, le Berlingo est un hyper véhicule. Il est hyper confortable, hyper habitable, hyper modulable, hyper technologique, hyper moderne. C'est un véhicule à tout faire capable de vous emmener en vacances avec votre famille tout comme capable de vous emmener pour faire une ballade en vélo. Il est capable d'emporter tout ce que vous souhaitez et plus encore tout comme capable de faire des excursions hors bitume. Au fond, il a tout pour lui ce Berlingo et pourrait correspondre aux besoins de beaucoup de familles avec des prestations aux meilleures niveaux en étant moins cher que les SUV ou monospaces équivalents. Le seul effort qu'il faut faire et de faire abtraction d'une base utilitaire qui, même bien caché par des atours bien plus séduisants qu'auparavant, reste présente. Mais cet effort, assez léger il faut le dire, vaut le coup et n'est rien à côté des efforts incroyables que Citroën a fait pour faire de ce nouveau Berlingo, un hyper véhicule.


Passionnément Citroën - 2020 

Contact : passionnementcitroen1@gmail.com 

Clause de non-responsabilité de traduction

logo-passionDS.jpg
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon