top of page

Les actualités Citroën 

Mobilité urbaine, autopartage : une chance pour Citroën


Face à la congestion des métropoles, le véhicule partagé se développe fortement et l'horizon sera azur pour ce segment du marché automobile épars composé des véhicules partagés et du transport à la demande.


C'est la Chine qui détient le premier marché du véhicule partagé grâce à Didi qui domine 90% du transport à la demande pesant 28 milliards d'€ de chiffres d'affaires soit la moitié du marché mondial et qui devrait doubler d'ici 2022. Didi a récemment dévoilé une plateforme réunissant plusieurs constructeurs dont Renault, Volkswagen ou encore Toyota. D'autres services de VTC voient le jour dont certaines dues à des constructeurs comme BMW à Chengdu et Mercedes à Shanghai dans des secteurs haut de gamme. Ces services de VTC sont un débouché pour les grands monospaces, seuls véhicules aptes à proposer suffisamment d'espace à l'arrière pour des clients exigeants. Ainsi, Renault, via sa coentreprise avec Brilliance, à livrer 600 monospaces 7 places à Didi. Selon Michael Dong, Vice Président de Renault-Brilliance, "Didi veut développer avec beaucoup de marques de tels véhicules, plus adaptés à son activité, repensés autour du passager". Ces volumes ne permettent pas une production en série mais ont un potentiel énorme et peuvent servir de nouveaux débouchés pour des véhicules qui seraient conçus pour plusieurs utilités.


La Chine, comme l'Europe, soutient cette démarche avec la volonté de désengorger les villes sachant qu'une voiture partagée représente cinq voitures de moins sur les routes et un gain de quatre places de parking. L'autopartage est "un service additionnel, de complément, qui ne remplacera pas les voitures particulières" mais, à l'avenir, "les constructeurs ne vendront plus seulement une voiture une fois pour toutes à un acheteur, mais devront s'assurer que leur marque connecte des usagers au quotidien"



Free2Move, la marque mobilité du Groupe PSA


Le Groupe PSA a rapidement compris l'intérêt et les débouchés des voitures partagées, dès le plan "Push to Pass, avec la création de Free2Move qui opère en Europe (Espagne, Portugal, France), aux USA (Washington, Seattle) ou encore en Chine( (Wuhan)

Ce service des véhicules partagés verrait son chiffres d'affaire progresser de 25% chaque année pour atteindre 451 milliards de dollars rien qu'en Europe d'ici 2030. Et dans ce marché, vaste et regroupant plusieurs solutions de mobilité différente, le marché des véhicules partagés à la demande représentera 30% de l'ensemble des bénéfices de l'industrie automobile en Europe, en Chine ou aux USA soit 1 400 milliards d'€ d'ici 2030.


La mobilité urbaine, créneau de Citroën

Dans sa feuille de route adressée en début d'année, la mobilité urbaine fait partie intégrante de Citroën d'ici à 2021. Outre l'entrée sur le marché indien, Citroën, dans la veine de son histoire visant à démocratiser l'accès à l'automobile, visera à démocratiser l'accès à la mobilité.


C'est pourquoi le concept Ami One a été présenté en début de cette année du centenaire car il porte, en lui, les gênes de la vision de Citroën de cette future mobilité urbaine, naissante, mais qui, on l'a vu, porte en elle les germes d'un marché porteur, mondial, où toutes les marques viseront à tirer profit.

Citroën Ami One dans une version proposée par Free2Move

Ami One n'est donc pas un concept anodin car il démontre aussi les possibilités d'interactions entre plusieurs marques du Groupe PSA dont, dans ce cas, Free2Move et Citroën. Ce n'est pas pour rien si la majeure partie du parc géré par Free2Move, en Europe, est composée de modèles Citroën. Il démontre aussi le positionnement futur de Citroën qui serait celui de donner accès, le plus simplement du monde, à la mobilité quelqu'elle soit, comme André Citroën à l'époque, voulait démocratiser l'accès à l'automobile.


En conclusion, la mobilité du futur représente un potentiel de développement important pour le Groupe PSA mais également pour Citroën. Le marché chinois des VTC est demandeur de véhicules types monospaces et serait un débouché important pour des véhicules types Citroën Spacetourer et Berlingo dont les médias chinois ont, récemment, fait l'essai. Le marché de l'autopartage est, lui, appeler à se développer massivement pour représenter un pan important du Chiffres d'Affaires des constructeurs. Être un constructeur global comme le Groupe PSA sachant proposer les véhicules et les services de mobilité est une réelle opportunité de se développer davantage et de prendre pied dans un monde automobile qui se sera transformée en quelques années drastiquement. Et s'il fallait une marque pour pouvoir proposer des véhicules innovants, différents, emplis d'une volonté de permettre de faciliter la mobilité des consommateurs, il ne pouvait en être autre que Citroën.


Source : le point, le parisien, groupe PSA

100 vues0 commentaire

Comments


bottom of page