Le dynamisme des utilitaires soutiennent Citroën

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Le dynamisme des utilitaires soutiennent Citroën



Citroën est repassée sous la barre des 10% de parts de marché VP en février mais le dynamisme de ses ventes VUL (+28,6%) a permis à la marque de gagner au global 0,3 point de part de marché VP+VUL, à 11,3%.

Grâce à une progression de ses ventes de 28,6% sur le marché des VUL (en hausse de 3,6%), Citroën est parvenue en février à gagner 0,3 point de part de marché sur le marché total (VP+VUL), à 11,3%. Le VUL a en effet compensé une activité VP stable sur un marché pourtant dynamique. Du coup, Citroën est repassée sous les 10% de parts de marché VP alors qu’elle avait franchi la barre des 11% en janvier. A sa décharge, la marque a fait 300 loueurs courte durée de moins qu'en février 2017 mais ses ventes à particuliers progressent faiblement (+3,5%) et ne pèsent que 49,6% de ses ventes (contre 56% en janvier) malgré les commandes annoncées. Ses ventes flottes progressent quant à elle de 7,3%, moitié moins que ce canal de vente (+14%), dynamisé par le volume de livraisons importants de Peugeot.

Il est toujours difficile de dire si son best-seller, la C3 réalise de bons résultats ou non. Bien sûr, ses immatriculations sont en hausse de 34% en février ; elle prend près de 4% de parts de marché et pointe à la 4e place des ventes. Mais si l’on prend en compte dans le calcul les 1 500 anciennes C3 vendues l’année dernière, ses volumes de vente stagnent. "Nous vendions des anciennes C3 à 9 000 euros, ce n’est pas comparable avec les prix de vente de l’actuel", souligne Amaury de Bourmont, directeur du commerce France de Citroën, même s’il reconnaît que le modèle peut encore faire mieux, notamment auprès des loueurs longue durée. La série spéciale Graphic, vendue à 12 000-13 000 euros avec les aides à la reprise, représente un tiers de commandes et sera pérennisée dans le temps, dit-il. Une autre série spéciale, plus haut de gamme, réalisée en partenariat avec le magazine Elle, va être lancée prochainement pour continuer à faire parler du modèle.

La C3 Aircross, quant à elle, réalise 2 829 immatriculations en février, soit 1,7% de part de marché, pour pointer à la 12e place du marché derrière la Yaris. "C’est ce que nous donne l’usine alors que nous avons toujours un portefeuille de trois mois de commande", indique notre interlocuteur, qui estime que le modèle pourrait atteindre les 5 000 ventes/mois, proche des autres SUV-B français. "La rentabilité du modèle reste élevée", se console-t-il.

Ces deux modèles représentent 57% des immatriculations VP de Citroën depuis le début de l’année. En revanche, la famille C4 souffre, avec le C4 Picasso qui subit un trou d’air (-33%), la berline C4 qui continue sa chute (-44%) et l’arrêt de la commercialisation de l’Aircross (-87%). Quant au C4 Cactus, ses volumes augmentent (+11%) essentiellement grâce aux VD de la nouvelle génération dont le lancement intervient en mars. Les ventes de C1 (+4%) sont soutenues par la prime à la conversion : "48% de ses ventes sont assorties de la prime, contre 35% pour la C3", souligne Amaury de Bourmont. "Cette prime fait clairement augmenter le trafic en concession, avec des populations non imposables que l’on a moins l’habitude de voir". Il compte bien en profiter lors des OPO de mars, pour "prendre de l’avance, en prévision d’un mois de mai qui sera très calme avec de nombreux jours fériés".

Source : 

http://www.autoactu.com/citroen-sauvee-par-le-dynamisme-de-ses-ventes-de-vul-en-fevrier.shtml