top of page

Les actualités Citroën 

La fusion entre PSA et FCA pourrait-elle être remise en cause ?


passionnément citroen, blog citroen, forum citroen, psa, fca, fusion psa fca, 2020

Annoncée en Octobre dernier et entré dans une phase concrète en Décembre 2019, la fusion entre les groupes PSA et FCA devrait intervenir d'ici 12 à 18 mois pour créer le quatrième constructeur mondial avec plus de 8.7 millions de voitures vendues par an employant plus de 400 000 salariés.



Malheureusement, depuis décembre, la crise liée au Covid-19 est intervenu sur l'ensemble de la planète avec pour conséquences un arrêt des usines, une chute drastique des commandes et donc des conséquences énormes sur la santé financière des deux groupes qui devront, pendant quelques semaines, vivre sans recette.


Initialement, la fusion entre les groupes PSA et FCA était envisagée à part égale. Pour cela, le groupe FCA devait verser à ses actionnaires 5.5 milliards d'€ de dividende exceptionnel et le groupe PSA se désengager de Faurecia en reversant, à ses actionnaires, 46% de l'équipementier. Malheureusement, le cours de bourse de Faurecioa s'est effondré ces dernières semaines perdant quasiment 50% de sa valeur boursière. Selon un analyste financier, « Le premier problème, c'est que Faurecia a perdu près de 50 % de sa valeur en bourse en deux mois.  Le second, c'est qu'on voit mal FCA verser autant de cash à ses actionnaires dans les circonstances actuelles : cela pourrait paraître indécent, surtout si le groupe a besoin d'un soutien de l'Etat italien ».


De même, les deux groupes s'étaient engagés à verser un dividende ordinaire de 1.1 milliard d'€ chacun mais ces derniers auront besoin de liduidités pour faire face à la crise. Et les États s'en mêlent, à commencer par l'État français qui par la voix du Ministre de l'économie appelle " toutes les entreprises, notamment les plus grandes, à faire preuve de la plus grande modération sur le versement de dividendes. C'est un moment où tout l'argent doit être employé pour faire tourner les entreprises"


Si, pour le moment, les deux groupes sont concentrés sur la gestion opérationnelle et les risques sanitaires, le projet de fusion continue et les équipes travaillent. « A ce stade rien n'a changé, les discussions se poursuivent. Le « deal » devait être finalisé dans les douze à dix-huit mois, nous avons le temps de revenir à une situation normalisée. L'intérêt stratégique de l'opération se confirme chaque jour », affirme des sources proches du dossier.


Pour autant, à la sortie de la crise, « Il faudra faire les comptes, mais je vois mal comment le deal pourra être maintenu en l'état. Il y aura sans doute une opportunité pour PSA de pousser son avantage, alors que les termes de la fusion semblaient plutôt avantageux pour FCA » indique Bernard Jullien, maître de conférences à l'université de Bordeaux et expert de l'industrie automobile.


L'heure des comptes permettra également de revoir certaines positions comme l'indique Thomas Besson, analyste chez Kepler Cheuvreux "Les fondamentaux de l'opération sont toujours présents, mais l'évolution respective des cours de bourse montre que les marchés subodorent une révision des termes de l'opération, en faveur relative des actionnaires de PSA » Selon d'autres analystes, "Il va falloir rééquilibrer les choses entre actionnaires si on veut toujours parler de fusion entre égaux, la parité était très à l'avantage de Fiat. Elle l'est encore plus avec la chute du titre Faurecia".


La famille Peugeot a, en tout cas, déjà saisi sa chance pour monter au capital du groupe puisque le holding familial FFP a conclu un contrat d'« equity swap » qui lui permet d' acquérir 2 % du capital de PSA pour 228 millions d'euros soit un prix de 12,6 euros par action quand le titre valair 22.40€ mi-décembre 2019.


En conclusion, il est encore tôt pour indiquer si la fusion entre les groupes PSA et FCA va être maintenue en l'état, les fermetures des concessions et des usines va fortement impacté les résultats des deux constructeurs et leur valeur boursière mais la question est sur la table, notamment si la crise perdure et qu'un des deux groupes doit faire appel à l'aide des États pour les aider à traverser la crise.

263 vues1 commentaire

Posts similaires

Voir tout

1 Kommentar


Face à cette situation de crise sanitaire inédite, les objectifs stratégiques des entreprises vont indubitablement être bousculés et forcément réorientés.

Pour l'alliance PSA-FCA, chacun va devoir mesurer si l'enjeu en vaut encore la peine.

Je pense que ce projet qui continue malgré tout d'avancer sera maintenu, pour autant que les intérêts de chacun ne soit pas trop déséquilibrés. En revanche, je crois difficile pour Carlos TAVARES de tenir son engagement de ne supprimer aucune marque, des coupes budgétaires sont à craindre, si le temps de la reprise de l'activité de production s'éternise pour retrouver une certaine normalité. Mon espoir, est que les banques centrales s'accorderont sur une gestion de sortie de crise cohérente et solidaire. C'est selon moi, une piste…

Gefällt mir
bottom of page