Interview de Maxime Picat, Directeur des opérations du Groupe PSA

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Interview de Maxime Picat, Directeur des opérations du Groupe PSA



Maxime Picat a contribué à guider le retour de PSA de sa faillite en 2013, d'abord en tant que directeur général de la marque Peugeot et maintenant en tant que directeur des opérations du groupe pour l'Europe. L'exécutif français de 44 ans s'est entretenu avec Peter Sigal, correspondant d' Automotive News Europe, sur les défis liés à l'intégration de la marque Opel et sur la manière dont PSA fera la transition vers les véhicules électriques.

PSA n'offre pas de véhicule électrique à volume réel ou hybride rechargeable. Quand cela va-t-il changer?

Nous commencerons l'année prochaine avec des hybrides rechargeables et des véhicules électriques, avec des hybrides rechargeables sur de plus grosses voitures et des véhicules électriques sur les plus petits. En 2025, la gamme complète sera électrifiée pour les quatre marques [Peugeot, Citroën, DS, Opel / Vauxhall]. Le marché des véhicules électriques n'est encore qu'à 1%, mais nous serons prêts quand le marché s'accélérera. Nous serons un suiveur rapide, pas un premier moteur.

Qu'en est-il des hybrides doux de 48 volts?

Les systèmes de 48 volts qui arrivent sur le marché sont reliés au démarreur, et c'est OK. Nous travaillons sur des solutions qui sont directement branchées sur la boîte de vitesses, ce qui est nettement plus efficace. Il peut réduire les émissions de CO2 de plus de 10%.

Carlos Tavares a parlé d'améliorer le volume d'Opel dans des canaux de vente rentables. Comment PSA va-t-il accomplir cela?

D'abord, nous avons l'expérience de Peugeot et Citroën à ce sujet. Nous savons comment le faire. Peut-être que la recette complète n'est pas adaptable à Opel, mais la plupart est. Nous ne laissons pas nos équipes atteindre leurs objectifs en poussant des voitures de démonstration ou des locations à court terme. Je surveille mensuellement les chiffres des canaux de vente, pays par pays, et chaque fois qu'il y en a un qui n'est pas en ligne avec la cible, je le leur dis. Il est très facile de dire: «Je prends 1000 voitures de location à court terme, alors j'ai fait mon travail." Non, vous devez faire croître l'entreprise et aller vers les vrais clients et les vraies flottes et convaincre vos concessionnaires pourquoi vos produits sont excellents et pourquoi ils méritent de meilleurs prix.

Est-il juste de dire que la marque Opel est en transition?

C'est peut-être là où Peugeot était il y a trois ou cinq ans. C'est une belle programmation, mais il faut un peu plus de cristallisation de ce que c'est et de cohérence. Mais nous n'avons pas besoin de beaucoup de temps pour les éclaircir. Ensuite, c'est enseigner, répéter, former, réclamer, prouver - commencer un cercle vertueux pour la marque.

Comment gérez-vous la baisse des ventes de diesel?

Nous essayons d'être aussi transparents que possible sur les forces et les faiblesses des moteurs diesel et à essence aujourd'hui. Ensuite, nous laissons le client décider. Nous accélérons la production de moteurs à essence, mais personne ne sait quel sera le mix futur. La clé est de pouvoir s'adapter à tout ce que l'avenir nous réserve.

Le PSA a des diesels relativement propres et efficaces. Êtes-vous prêt à défendre le diesel auprès des consommateurs, comme l'ont fait certains constructeurs automobiles?

En collaboration avec une organisation non gouvernementale, Transport & Environment, nous avons publié des données réelles sur la consommation et les émissions de diesel. Nous essayons d'être transparents, mais pas dans un effort pour défendre le diesel. Ce que nous aimerions, c'est que la politique reste à l'écart de la technologie en termes de fixation de cibles pour le CO2 et les NOx [oxydes d'azote]. Les règlements deviennent moins neutres sur le plan technologique et c'est dommage. Ce que nous disons, c'est que nous ne défendrons pas les voitures électriques, les voitures à essence ou les voitures diesel. Nous voulons être du côté de la solution, nous allons donc proposer des solutions.

Quelles sont vos prévisions pour l'ensemble du marché européen en 2018?

Stable, ce qui est le résultat de la baisse des ventes au Royaume-Uni étant contrée par la croissance ailleurs, principalement en Europe du Sud.

Compte tenu de cela, comment PSA peut-il faire de l'argent en Europe?

Nous devrons augmenter notre part de marché en tirant profit des nouveaux lancements de nos trois marques [Peugeot, Citroën et DS], notamment les Peugeot 3008, 5008 et 508 nouvelles. Nous le faisons depuis un an, donc il n'y a pas de raison de pense que ça va s'arrêter demain.

Quels modèles vont stimuler la croissance et les gains de parts de marché?

Nous allons accélérer notre offensive dans les véhicules utilitaires légers, où nous avons connu une croissance énorme l'année dernière. Nous lançons la nouvelle génération de Citroën Berlingo, Peugeot Rifter / Partner et Opel Combo. Nous allons redémarrer la croissance pour DS avec le DS 7 Crossback. Les ventes de SUV vont s'accélérer pour Citroën parce que nous commençons seulement à monter en puissance la C3 Aircross, puis nous aurons la C5 Aircross à la fin de l'année. Peugeot revient sur le côté de la berline grâce à la nouvelle 508.

Parlant de la 508, elle est en concurrence dans le segment de taille moyenne en baisse. Qu'attendez-vous du modèle de nouvelle génération?

Notre performance dans ce segment était faible. Même si nous avons une performance décente dans ce segment en déclin, nous ferons mieux. La 508 était principalement destinée à la France, avec quelques ventes supplémentaires en Allemagne et en Espagne. Compte tenu des commentaires que nous avons reçus sur le nouveau modèle, nous pensons qu'il peut être un succès partout. Il est lancé après les très bonnes performances des 3008 et 5008, nous avons donc beaucoup de gens qui achètent déjà des voitures PSA entre 35 000 et 40 000 euros.

Source : 

http://europe.autonews.com/article/20180614/ANE/180619945/psa-wants-to-be-a-fast-follower-in-the-move-to-electrified-cars

83 vues2 commentaires