Essai C4 Cactus : Plus polyvalente, moins décalée

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Essai C4 Cactus : Plus polyvalente, moins décalée



La C4 Cactus reliftée, plus classique stylistiquement, mise sur son confort avec des amortisseurs et des sièges inédits, mais aussi sur un équipement enrichi. Elle relance sa carrière en visant une plus large clientèle.

Crossover urbain décalé, le C4 Cactus profite de son restylage de mi-carrière pour se transformer en berline compacte, tout en inaugurant un nouveau système d'amortisseurs à butées hydrauliques progressives.

Le design plus consensuel va à l'encontre de la tendance actuelle où fleurissent les SUV et autres 4X4.

Moins original, mais plus cossu, le Citroën C4 de 2018 dont les dimensions sont identiques à celles du modèle précédent, perd ses barres de toit et une partie de ses airbumps latéraux déplacés en bas des portières.

La face avant reçoit les doubles chevrons, de nouveaux feux diurnes à diodes, des projecteurs affinés en double étage et un bouclier peint dans la même teinte que la carrosserie. Les feux arrière, désormais rectangulaires et à effet 3D à LED sont plus larges.

Sièges moelleux

L'intérieur évolue peu même si la console centrale, redessinée, dispose d'un écran central pus réactif. L'équipement a été revu à la hausse avec l'arrivée des dernières technologies (certaines en option) dont pas moins de 12 aides à la conduite.

L'habitabilité arrière se situe dans la moyenne, notamment en largeur. On regrettera néanmoins la présence de vitres en compas qui ne peuvent que s'entrebâiller et non se baisser.

C'est surtout dans le domaine du confort que la Cactus prend de l'avance avec entre autres les sièges "Advanced Comfort" recouverts d'une mousse à haute densité. Plus moelleux, mais manquant un peu de maintien latéral, ils vous chouchoutent lorsque la chaussée devient capricieuse.

La grande nouveauté réside cependant dans les liaisons au sol avec les amortisseurs à butées hydrauliques progressives qui boostent l'agrément. Les irrégularités de la chaussée sont bien filtrées à faible vitesse, tandis que les bosses sont absorbées sans dureté et sans malmener le dos des occupants. En contre partie, la Cactus a parfois tendance à "onduler", à vitesse supérieure, sur certains revêtements dégradés.

Comportement sain

Sous le capot, on retrouve les moteurs équipant le précédent opus : essence Puretech de 82 et 110 ch, diesel BlueHDi de 100 ch. Un bloc plus musclé de 130 ch (3 cylindres 1.2 Puretech turbo) fait son apparition, une version diesel BlueHDi de 120 ch étant programmée pour l'automne.

A l'exception du Puretech 82 ch un peu paresseux (prix d'attaque à 17 000 €), les autres motorisations se montrent toniques avec une mention pour le vigoureux 130 ch aux performances enviables. La version 110 ch très homogène formera le cœur des ventes Quelle que soit la motorisation, la Cactus bénéficie d'une insonorisation de qualité grâce à l'adoption d'un pare-brise et de vitres épaissis.

Dotée d'un châssis efficace, d'un comportement sain, la compacte de Citroën à l'aise en ville et dans les grands espaces supporte également une conduite plus dynamique, même si ce n'est pas son terrain de prédilection. Elle effectue son travail dans les enchaînements de virages, en maîtrisant correctement le roulis.

Maniable, prenant soin de ses occupants, mieux équipée, la C4 demeure une proposition cohérente dans le créneau des berlines compactes. L'ancien SUV est devenu plus polyvalent.

Bilan : 

Les plus


Look original Confort de suspension Personnalisation Boîte EAT 6 Prix Agrément de conduite  Les moins  Vitres arrière Petit coffre Qualité des plastiques Manque de modularité Source :  https://www.ouestfrance-auto.com/essai-auto/essais-citroen/citroen-c4-cactus-5141.htm