Comparatif SUV : Le Citroën C5 Aircross affronte le Vw Tiguan

Pour traduire l'article, faîtes un clic droit sur l'article  puis "Traduire"

Comparatif SUV : Le Citroën C5 Aircross affronte le Vw Tiguan


Le Citroën C5 Aircross débarque sur le segment des SUV compacts avec des atouts comme le confort, la modularité et l'originalité. Suffisant pour se faire une place et battre des concurrents bien établis comme le Volkswagen Tiguan ?

Le Citroën C5 Aircross, la nouveauté française tant attendue de la rentrée. A peine commercialisée, et déjà comparée à l'une des pointures du segment, le Volkswagen Tiguan.

Un match à enjeu pour le C5 Aircross, devenu par la force des choses le haut de gamme de la marque aux Chevrons. Et si le tricolore compte bien jouer son vatout dans le segment des SUV compacts, l'Allemand lui y est installé depuis plus de 10 ans et deux générations.

Pour se différencier, le Français joue tout d'abord la carte du style, plus original que la concurrence. Optiques à double-étage, bumpers latéraux, arrière trapu et possibilités de personnalisation font de lui un SUV à l'allure moderne.

Tout le contraire d'un Tiguan dont le dessin très rectiligne renvoie à quelque chose de beaucoup plus sérieux, mais peut-être aussi plus dynamique avec une face avant plus agressive que la bonne bouille du C5 Aircross.

Des philosophies différentes donc, et des prix différents. Vendu à partir de 24.700 € (PureTech 130 ch BVM6 Start), le C5 Aircross vise de l'aveu même de Citroën des rivaux comme le Hyundai Tucson et l'Opel Grandland X. Plus premium, le Tiguan est donc plus cher, à partir de 30.610 € pour le 1.5 150 ch BVM6 Trendline. A motorisation et équipements équivalents, la différence entre les deux modèles peut grimper jusqu'à 4.000 € en faveur du SUV aux Chevrons.

La vie à bord Dans l'habitacle, c'est pareil. Deux salles, deux ambiances. Le très classique Tiguan se refuse à toute prise de risque : sa planche de bord est certes rectiligne mais l'ergonomie et la qualité de finition sont excellentes.

Un peu moins soigné, le C5 Aircross est cependant beaucoup plus chaleureux avec quelques originalités. Mention spéciale pour ses aérateurs divisés en deux ou encore la lanière façon maroquinerie côté passager. Et surtout, il n'a rien à envier au Tiguan question modernité avec un grand écran tactile (plus grand sur l'Allemand et plus ergonomique) et une instrumentation digitale (sur les plus hauts niveaux de finition chez les deux) peut-être légèrement moins fluide.

Parlons maintenant espace à bord, le nerf de la guerre des SUV familiaux. Et à ce jeu-là, c'est le Tiguan qui l'emporte avec des passagers arrière mieux reçus que dans le C5 Aircross. Le Français contrattaque avec une modularité plus poussée : trois sièges indépendants, coulissants et escamotables contre une simple banquette 2/3 1/3 coulissante pour l'Allemand.

Autre avantage en faveur du Citroën, ses sièges à la mousse plus épaisse et donc plus moelleux, un peu comme les Citroën d'antan et un coffre plus généreux en configuration 5 places (580 contre 520 l pour le C5 Aircross). Même si le rapport de force s'inverse une fois la banquette arrière rabattue (1.655 contre 1.630 l pour le Tiguan).

Une manœuvre plus aisée à opérer sur le Tiguan qui dispose de manettes dans le coffre alors que les tirettes sur les sièges du C5 Aircross demanderont de se glisser aux places arrière. Enfin, question rangements, là aussi l'Allemand est devant avec plus de compartiments mais le Français possède un accoudoir central plus vaste. Vous l'aurez compris, chacun ayant ses points forts, aucun ne sort vraiment du lot.

Sur la route Le juge de paix, ce sera donc la route. Pas tellement les gammes moteur, assez proches finalement, de 130 à 180 chevaux (essence et Diesel) pour le C5 Aircross, et de 150 à 190 chevaux (essence et Diesel) pour le Tiguan.

Mais c'est bien techniquement que les deux rivaux s'éloignent : 4 roues motrices et boîte double embrayage du côté Volkswagen, simple traction avec contrôle de motricité renforcée et boîte automatique côté Citroën.

Question châssis aussi, la différence est notable puisque si le Tiguan bénéficie en option d'un amortissement piloté (1.205 €), le C5 Aircross hérite lui de série des suspensions à butée hydrauliques progressives. Un système breveté par la marque et inauguré sur le dernier C4 Cactus, qui a pour principe d'avoir deux petits amortisseurs intégrés à chaque extrémité de l'amortisseur. Le but, obtenir le meilleur confort possible.

En théorie, cela devrait profiter à la fois au confort et au comportement. Mais en pratique, ce n'est pas exactement le cas. Afin de compenser le centre de gravité haut perché et les conséquences physiques qui en découlent (prise de roulis importante et gros mouvements de caisse), l'amortissement a été un peu raidi. Résultat, l'effet de pompage et de rebond sont bien annihilés mais le confort n'est pas aussi impressionnant que sur le C4 Cactus.

De son côté, le Tiguan surprend, surtout pour un modèle allemand. Lui qui nous a habitués à sa fermeté de suspension en finition R-Line, se montre au final à peine moins confortable que le C5 Aircross. Mais surtout, il s'affranchit des mouvements de caisse prononcés du C5 Aircross avec un comportement dynamique plus affuté, des commandes plus directes et un feeling de conduite plus homogène.

De son côté, le C5 Aircross se déguste à allure modérée pour profiter de ses suspensions souples et de ses commandes douces. Sécurisant à conduire, il n'est pas du tout dans la veine des SUV dynamiques. Cela tombe bien, car ce n'est pas ce qui lui est demandé !



Bilan : Dernier né, le Citroën C5 Aircross l'emporte grâce à son rapport prix/prestations plus intéressant mais son agrément de conduite vraiment très confort et son style original, voire clivant, pourraient en pousser certains vers un Volkswagen Tiguan plus homogène.


Source : https://www.turbo.fr/essai-comparatif-auto/citroen-c5-aircross-vs-volkswagen-tiguan-deux-visions-du-suv-pour-la-famille-145023