Les actualités Citroën 

Carlos Tavares se confie sur le e-WRX et sur l'électrique



Le président du directoire du groupe PSA était présent pour la première fois au rallycross de Loheac. Les questions n'ont pas manqué notamment sur le sujet des véhicules électriques.

Il y a quelques semaines, Patrick Germain, l’organisateur du rallycross de Loheac, avait allumé la mèche en affirmant qu’il ne voudrait pas voir à Lohéac des voitures de rallycross à propulsion électrique. Il y a quelques jours, IMG, le promoteur du championnat du monde, a annoncé que le « e rallycross » ne verra pas le jour en 2020 mais seulement en 2021. Le sujet est sur toutes les lèvres dans le paddock de Lohéac.

Pour Carlos Tavarès, le président du directoire du groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS), cet ajournement n’est qu’une péripétie. « Le report d'un an du lancement du e WRX ne change pas notre stratégie. Nous, on a très envie de faire du e WRX parce que l'on pense que le format sportif et télévisuel est bon, les courses sont très courtes. Je trouve qu'il y a un mariage et une convergence parfaite entre l'état de la maturité de la technologie, la qualité du spectacle et le plaisir que vont trouver les pilotes. »


Paradoxe Un discours qui peut surprendre venant de la part du patron de PSA qui, il y a quelques mois, avait émis un avis défavorable concernant la « folie » entourant le déploiement de l’électrique. « Il faut bien différencier les sujets. D'un coté, il y a la question : Est ce que je suis capable d'offrir à nos fans un spectacle hyper réjouissant et excitant sur la piste avec des constructeurs qui ont une maîtrise technologique suffisante pour que les véhicules soient relativement proches et qu'il y ait de la baston. Là, c'est un premier sujet.

L'autre question est celle du parc automobile où là, l'alerte que j'ai voulu donne ril y a quelques mois est qu'il n'y a pas dans nos sociétés occidentales et ce n'est pas un problème de constructeurs automobiles c'est un problème avant tout sociétal. Il n'y a pas d'études d'impact, ni d'études à 360 degrés de ce que signifie une mobilité 100 % électrique. Les gouvernements et les responsables politiques de l'Union Européenne sont en train de prendre la responsabilité scientifique du choix de la technologie. Nous sommes légalistes. Si on nous dit que pour baisser les émissions de CO2, il faut plus de véhicules électriques, nous allons nous y plier. Pas de problème. Mais comme c'est vous qui imposez la technologie, la responsabilité scientifique de l'éventuel résultat d'étude d'impact, c'est vous qui l'assumerez. Moi, j'aurai préféré en tant que citoyen que cela soit fait en faisant en amont une étude 360 ° avec tous les impacts (propreté de l'énergie électrique, empreinte carbone, recyclage, extraction des matières premières rares pour les batteries, recettes fiscales actuelles sur les hydrocarbures.) Qui a regardé tout cela ? C'est un vrai sujet. Quand je suis allé voir les parlementaires, je leur ai posé la question s'ils avaient eu en mains une étude d'impact. Ils m'ont regardé avec des grands yeux car ils n'ont pas de telles études en mains. Evidemment. »

Viser une clientèle jeune Carlos Tavares est pragmatique avant tout autre chose. « L'e WRX doit nous rapprocher d'une base clientèle plus jeune que nous qualifions dans notre jargon de "gamers" qui nous intéresse pour l'avenir. Maintenant il faut qu'à un moment donné nous soyons suffisamment nombreux pour pouvoir créer un spectacle sportif suffisamment intense. Il faut aussi que nos concurrents aient envie de venir. »

Il ne cache pas non plus que Peugeot n’est pas enclin à patienter indéfiniment. « La stratégie de départ reste bonne, nous aurions préféré ne pas prendre de retard. La raison qui est invoquée pour le report de ce championnat, c'est que d'autres constructeurs se décident. Je ne sais pas jusqu'à quand on va les attendre mais cela me fait penser beaucoup à la nouvelle questions des homologations des nouvelles émissions de CO2, c'est que il y a ceux qui parlent et ceux qui font. Pour l'instant, nous sommes dans cette stratégie de l'e WRX et nous n'avons pas l'intention d'en changer et si au bout du compte, il n'y a plus d'adversaires, je ne sais pas si le promoteur sera prêt à organiser un championnat avec un voire deux constructeurs. C'est la question qu'il faut leur poser même si je pense qu'ils vous diront non. »


L'électrique, une étape ? Carlos Tavares admet que " l'électrique n'est peut-être qu'une étape car nous n'avons pas encore mesuré tous les écueils que l'on va rencontrés sur la route du développement de l'électricité dans les moteurs. Si le déploiement du véhicule électrique met du temps à se déployer, parce que l'on rencontre des problèmes avec des batteries, des matières premières... parce que les états n'ont pas investis dans un réseau de chargement en bornes car ils sont exsangues financièrement; évidemment vous n'allez pas acheté de véhicules électriques.

Plus le chemin sera long pour déployer l'électrique, plus cela laissera de la place et du temps à une technologie concurrente de faire une entrée latérale dans ce processus. Cela peut-être l'hydrogène mais autre chose aussi. Le risque est que les investissements pour l'électrique deviennent caduques alors qu'on y a consenti beaucoup d'argent, d'énergie, Ne pas se tromper dans ce changement de cap, c'est énorme. Nous sommes en train de parler de la mobilité des 50 prochaines années. Il faut une étude sérieuse d'impact pour y aller tout en sachant que chaque pays a sa propre conception concernant la production d'énergie. Certains veulent le nucléaire, d'autres le solaire, l'éolien ou encore l'hydro électrique. Il y a aussi la différence Nord Sud entre des pays du Sud qui reçoivent des injonctions des pays du Nord pour calmer leur développement car il a une grosse empreinte carbone alors que même dans le passé les pays du Nord se sont développés sans tenir compte de l'empreinte carbone.

Ce qui m'effraie en tant que citoyen européen, c'est la superficialité. C'est vis-à-vis de cela que j'avais levé la main. Si on se comportait comme cela dans nos entreprises, nous aurions mis nos sociétés sur le tapis 10 fois. Il faut plus de rigueur, plus de professionnalisme."


Source :

https://www.ouest-france.fr/sport/auto/rallycross/carlos-tavares-et-la-superfiacilite-de-la-mobilite-electrique-5945561/amp?__twitter_impression=true

215 vues5 commentaires

Posts similaires

Voir tout