DS 8 | Passionnément Citroën

DS 8 

Associez les mots confort et DS dans une même phrase lors d’un déjeuner dominical en famille, et vos aînés évoqueront aussitôt, avec des trémolos dans la voix, la mythique routière Citroën de 1955. Plus de soixante ans plus tard, la future DS8 s’apprête à endosser l’héritage… Sacré défi.

Profitez de ce même déjeuner pour initier vos interlocuteurs au chinois. Parce que cet héritage – "yiitchan", donc – nous viendra tout droit des lignes d’assemblage que DS Automobiles partage avec son partenaire Changan à Shenzhen, au nord de Hong Kong. En effet, il n’est pas prévu dans un premier temps de produire la DS8 en France, où le marché de la routière premium, y compris étendu à l’Europe, n’a pas été estimé suffisamment prometteur. Contrairement au SUV DS7 Crossback qui, lui, est fabriqué à Mulhouse aux côtés de la nouvelle 508. Lancée fin 2019 chez nous, la DS8 emprunte toutefois bien les mêmes soubassements que ses cousins de PSA. Pour elle, la plate-forme modulaire EMP2 a été étendue à son maximum : cette longue berline quatre-portes devrait ainsi dépasser les 4,90 m (ce qui la placera en ligne de mire de la 508 en Chine, une version rallongée de 12 cm de la grande Peugeot étant prévue là-bas, où elle mesurera donc 4,87 m).
Une planche de bord façon DS 7 Crossback

L’empattement, équivalent à celui du Grand C4 Spacetourer – se situera autour de 2,84 m, promettant une belle habitabilité à bord. Mais contrairement à la 508, le projet X83, nom de code de la DS8, affichera un sage physique, où le chrome sera cependant omniprésent, autour de la large grille de calandre, des entourages de custode et des feux arrière. À bord, pas vraiment de surprise pour ceux qui connaissent l’habitacle du DS7 Crossback. Même écran central placé un peu bas, planche de bord étirée horizontalement et ventilations pyramidales déportées dans les portières sont au programme. À nouveau, il s’agira ici d’illustrer le chic à la française, comme la Jaguar XE figure le british smart ou la Volvo S60 la sobriété suédoise. Sous le capot, pas de révélation non plus : vous retrouverez le même panel de motorisations que sous celui de la 508, y compris l’hybride essence-électrique de 225 ch, qui restera une simple traction. Quant à la suspension hydropneumatique de l'emblématique ancêtre, elle ne fera pas son retour, mais un amortissement piloté par caméra se chargera d'assurer l'effet "tapis volant" en mode Confort.

Passionnément Citroën - 2019 Contact : passionnementcitroen1@gmail.com 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon